World Forum for a Responsable Economy 2017

Quand l’intelligence artificielle inquiète et fascine

Du 17 au 19 octobre 2017 à Lille, les enjeux de l’intelligence artificielle seront au coeur des débats de cette 11e édition du World Forum : son impact sur l’organisation du travail, la transmission du savoir, les limites éthiques. Le philosophe Michel Serres fera partie des grands témoins invités à intervenir sur le sujet.

Concept-i, la voiture intelligente de Toyota qui s’aide de la puissance d’une intelligence artificielle pour anticiper les besoins des utilisateurs, présentée au CES de Las Vegas en 2017.
Concept-i, la voiture intelligente de Toyota qui s’aide de la puissance d’une intelligence artificielle pour anticiper les besoins des utilisateurs, présentée au CES de Las Vegas en 2017.
Philippe Vasseur lors du World Forum 2016.Crédit Maxime Dufour
Philippe Vasseur lors du World Forum 2016. Crédit Maxime Dufour

Philippe Vasseur, fondateur et patron du World Forum, est toujours aussi motivé qu’en 2007, lors du lancement de la première édition : jamais à court d’idées, avec la volonté d’avoir toujours un coup d’avance en matière de RSE, responsabilité sociétale des entreprises. «Vous savez, j’y ai été sensibilisé dès 1982, auprès du PDG François Michelin !» alors qu’il était encore journaliste, aime-t-il rappeler.

Concept-i, la voiture intelligente de Toyota qui s’aide de la puissance d’une intelligence artificielle pour anticiper les besoins des utilisateurs, présentée au CES de Las Vegas en 2017.
Concept-i, la voiture intelligente de Toyota qui s’aide de la puissance d’une intelligence artificielle pour anticiper les besoins des utilisateurs, présentée au CES de Las Vegas en 2017.

Cette année, avec son équipe, ils ont pressenti que les enjeux de l’intelligence artificielle (robots, voitures autonomes, objets de compagnie…) pourraient mobiliser à nouveau le monde économique, associatif, syndical mais aussi estudiantin : «Cette thématique inquiète. Depuis le début des préparatifs de cette 11e édition en décembre dernier, on s’est rendu compte qu’il y avait eu un certain nombre de lanceurs d’alertes mobilisés à ce sujet. Cela veut bien dire que les enjeux de l’intelligence artificielle interpellent.» Le 4 septembre, Elon Musk, PDG de Tesla Motors, tweetait d’ailleurs que «la compétition pour la supériorité de l’intelligence artificielle à un niveau national pourrait être la cause de la troisième guerre mondiale»… Une centaine d’experts de 26 pays différents viendront donc débattre sur cette actualité et, d’une façon plus large, sur les défis à relever pour mener à bien cette «Révolution responsable», intitulé de la 11e édition.

Intertitre

Cinq défis

Dans cette société en mutation, nous vivons des bouleversements, une révolution dans différents domaines, notamment dans celui de l’intelligence artificielle. Durant ce World Forum, il s’agira alors d’échanger sur cinq défis auxquels nous devons faire face pour mener cette révolution de façon responsable :  le défi des chocs technologiques avec l’omniprésence de l’intelligence artificielle, comment alors faire évoluer nos systèmes éducatifs, comment gérer les écarts de développement notamment avec l’Afrique, quels impacts sur l’organisation des entreprises et comment relever le défi du bien commun. «Le problème n’est pas la technologie en elle-même, mais c’est l’organisation de la société à venir et comment l’homme va se positionner par rapport à ces nouvelles technologies». souligne Philippe Vasseur.

Intertitre

Label RSE « B-Corp »

Après avoir tenté la délocalisation physique des débats, l’année dernière, dans différentes villes de France, tout aura lieu cette année à Lille, avec quelques échanges en direct de Paris, Strasbourg, Marseille, Bordeaux, La Rochelle. Le label américain « B-Corp » sera notamment présenté le premier jour. C’est l’occasion de découvrir cette communauté de 2 000 entreprises (dont 30 en France) dans 50 pays. Ce label RSE, créé en 2006, est extrêmement sélectif. Pour le fondateur du World Forum, «nous souhaitons positionner les Hauts-de-France comme leader du label RSE ‘B-Corp’. Des sociétés déjà labellisées viendront témoigner. Je souhaite encourager nos entreprises à s’y intéresser, car il procure un véritable avantage concurrentiel, dans les appels d’offres par exemple.» La soirée du 18 octobre sera dédiée aux projets de REV3 (la troisième révolution industrielle), en présence des représentants des villes de Rotterdam et Luxembourg, engagées également dans ce processus. Le philosophe et historien des sciences Michel Serres participera à la séance de clôture, à l’appui de son dernier livre C’était mieux avant ! ; une déclaration finale, orchestrée par Philippe Vasseur, émettra des propositions concrètes à destination des pouvoirs publics en matière de RSE, au regard des enjeux de l’intelligence artificielle.

Le philosophe Michel Serres clôturera les débats
Le philosophe Michel Serres clôturera les débats.

Encadré 1 (comme 3693, page 14 « D’autres reprises en vue ? »)

Des Nordistes au World Forum

Le  World Forum for a Responsable Economy est un lieu d’échange de bonnes pratiques en matière de RSE. Pour participer aux conférences qui se dérouleront à la CCI Grand Lille, place du théâtre, et au Théâtre du Nord, c’est gratuit mais sur réservation (www.worldforum2017.com). Parmi les intervenants nordistes, on retrouve Didier Leroy, vice-président du groupe Toyota, Christophe Rupp-Dahlem, directeur des affaires publiques du groupe Roquette, Marie Stankowiak, ingénieur d’études de l’ISA Lille, Jean Bernou, de McCain, Rodolphe Deborre, de Rabot Dutilleul, Anne Lambin, de Roquette, Julien Pilette, cofondateur de Gecco, l’association Entreprendre pour apprendre, les écoles de commerce, d’ingénieurs et universités de Lille, Valenciennes, Arras …

 

 

ENCADRE 2

Chiffres clés 

• 70 speakers

• 26 pays représentés

• 5 000 participants attendus

• 5 défis à relever pour une révolution responsable

Phrases à mettre entre guillemets en gros dans le texte (comme Picardie 3693 page 12)

Phrase page 6

«Le problème n’est pas la technologie en elle-même, mais c’est l’organisation de la société à venir et comment l’homme va se positionner par rapport à ces nouvelles technologies.»

Phrase page 7

«Nous souhaitons positionner les Hauts-de-France comme leader du label RSE ‘B-Corp’, car il procure un véritable avantage concurrentiel.»