Assemblée générale d’Initiative Artois

Les créateurs d’entreprise entre de bonnes mains

Initiative Artois a financé 133 entreprises au cours de l’année 2016. Au total, 771 500 € de prêts d’honneur ont été engagés pour cette période. Ce sont les chiffres qui ont été présentés lors de l’assemblée générale de cet organisme qui a développé de nombreux autres services à destination des créateurs d’entreprise.

842
D.R.
Claude Kosiada fête en cette année sa 5e année à la présidence d’Initiative Artois.
D.R.
Claude Kosiada fête en cette année sa 5e année à la présidence d’Initiative Artois.

Initiative Artois tenait son assemblée générale le 20 juin dernier, au sein du centre Initia de Bruay-la-Buissière. La plate-forme d’initiative locale couvre l’ensemble de l’arrondissement et elle est devenue un acteur incontournable dans le domaine de l’accompagnement des créateurs et repreneurs d’entreprise. En 2016, pas moins de 133 entreprises ont été soutenues et 208 personnes ont reçu un prêt d’honneur par Initiative Artois pour un montant de 771 500 €. À cela, il convient d’ajouter l’effet levier auprès des banques : «Un projet soutenu par Initiative Artois représente un gage de crédibilité. Ainsi, nos prêts d’honneur ont été associés à un montant total de 5,6 millions d’euros de prêts bancaires. Au total, plus de 6,3 millions ont été injectés dans l’économie du territoire via l’intervention de la plate-forme», explique Claude Kosiada, président d’Initiative Artois. Un accompagnement de qualité permet aussi d’obtenir un niveau de pérennité important des activités et le taux de survie des entreprises soutenue par la plate-forme d’initiative se monte à 92% à trois ans.   

L’action de la plate-forme d’initiative locale ne se résume pas uniquement à accorder des prêts : la dimension humaine se veut prépondérante. L’accompagnement signifie aussi orienter les porteurs de projet vers les bons interlocuteurs, mais également les préparer à leur grand oral à la commission d’attribution des prêts. De même, la mise en place d’un service de parrainage des créateurs et repreneurs permet d’éviter l’isolement. Les jeunes dirigeants peuvent bénéficier de l’aide de dirigeants expérimentés.

Des prêts d’honneur, mais pas uniquement. Petit bémol, la raréfaction des deniers publics inquiète Claude Kosiada : «On doit certes s’habituer aux redistributions  de compétences, mais il faut avoir un regard attentif sur nos sources de financement. Il faut s’interroger sur les freins au développement de nos structures. Il s’agit d’une réelle crainte.»

Singularité, Initiative Artois gère pour le compte de la communauté d’agglomération de Béthune-Bruay Artois-Lys romane six centres d’affaires. «Ce patrimoine représente 53 bureaux et 22 ateliers, mais aussi 8 salles de réunion et une salle d’exposition de 700 m²», précise Claude Kosiada. Ces derniers présentent des taux d’occupation pondérés qui varient de 63 à 99% et en 2016, au total, ces pépinières ont accueilli 68 entreprises.

Par ailleurs, la gent féminine fait l’objet d’une attention particulière. A cet effet, un club intitulé « Entreprendre au féminin » a été relancé. «Cette idée me tenait à cœur. Les femmes dirigeantes sont nombreuses sur l’arrondissement de Béthune et ce club se justifiait pleinement. A la dernière commission de prêt, 75% du jury était composé de femmes… Ce signe ne trompe pas», constate Claude Kosiada.   

L’association, membre du réseau Initiative France, souhaite être toujours plus proche des porteurs de projet et elle multiplie ses efforts en termes de communication. Cela s’est notamment traduit par une présence accrue sur Facebook.