Urbanisme

Euraflandres, le projet qui va transformer le quartier des gares

Le quartier composé par les deux gares et Euralille sera, d’ici 2030, complètement métamorphosé. Le lieu sera réinventé, les espaces repensés, pour donner plus de vie à ce quartier d’affaires, de commerces et de passage. Tour d’horizon des principaux changements.

Vue de la gare Lille-Flandres métamorphosée ©saison-menu

Après deux ans de concertation, les premiers chantiers débutent en 2016. Euraflandres s’inscrit dans le projet global d’Euralille 3000 et concerne les espaces publics situés entre les deux gares lilloises. Les places et les trottoirs seront notamment élargis pour permettre la circulation des piétons et l’installation de terrasses pour les futurs commerces. Devant la gare Lille-Flandres, la célèbre fontaine sera démontée pour laisser place à du mobilier urbain. «Notre objectif est de rendre l’espace entre ces deux gares plus humain et plus agréable, introduit Martine Aubry, maire de Lille. Euraflandres va renforcer la vie dans ce quartier et conforter davantage l’aspect multimodal du centre-ville.»

Considéré comme l’un des plus grands chantiers des années à venir pour la Ville, voire pour la Métropole, la première phase d’Euraflandres représente un coût de 7 millions d’euros, financés par la MEL. «C’est un des premiers projets qui s’inscrit réellement dans une démarche de design, pour la Capitale mondiale du design. J’en suis ravi, lance Damien Castelain, président de la MEL. C’est pourquoi la MEL accompagne ce projet d’envergure financièrement et met à disposition toute l’ingénierie nécessaire. Nous contribuons notamment, pour l’aménagement de la voirie, à hauteur de 13 millions d’euros.»

Damien Castelain et Martine Aubry posent symboliquement une pierre en granit sur le futur nouveau sol de la gare Lille-Flandres.

Lisibilité et continuité

Ce début 2018 marque une nouvelle étape concrète avec le début des travaux place des Buisses. La place sera agrandie et mieux fléchée pour permettre, notamment, une meilleure fluidité entre le train et le bus. «Les travaux précédents sur cette place n’ont pas vraiment été un succès, concède Martine Aubry. Nous voulons en faire une place plus aérée et plus agréable qu’elle ne l’est aujourd’hui.» Il n’y aura pas de réorganisation de circulation des bus, mais leurs arrêts seront déplacés pour permettre une place ouverte.

Pour marquer la continuité entre les deux gares, un sol unique en granit sera posé. «L’idée est que ces deux gares n’en forment qu’une grâce à une unité de sol, renseigne Isabelle Menu, architecte urbaniste en charge du projet. Ce sol inscrit également un ancrage, car il rappelle celui posé sur la place de l’Opéra.»

L’espace consacré aux voitures sera resserré pour laisser place aux piétons et aux vélos. «L’élément déclencheur fut la mise en impasse de l’avenue Willy-Brandt, se souvient Isabelle Menu. Cela a permis de sécuriser le lieu et de permettre aux piétons et aux cyclistes de circuler.» L’éclairage a également été repensé. Courant février, c’est le trottoir qui longe le Tripostal qui sera doté d’un nouvel éclairage.

Vue de l’avenue Willy-Brandt après les travaux ©saison-menu

Commerces et bureaux

Euraflandres, c’est aussi 1 000 nouveaux logements, des commerces, des restaurants et des cafés. Et 130 000 m² de bureaux supplémentaires. L’immeuble Conex, rue de Tournai, offre de grands plateaux de bureaux à quelques pas de la gare Lille-Flandres. Face au centre commercial Euralille, le projet Swam comprend également des bureaux, mais aussi des commerces, des cafés et un restaurant panoramique, sans oublier l’hôtel Mama Shelter. L’ensemble des travaux devrait durer un an et demi et ces nouveaux ensembles devraient être opérationnels en 2019.