L'usine est en construction depuis 18 mois sur un terrain portuaire

Le site dunkerquois d’Ecocem France démarre sa production fin avril

Dans les prochaines semaines, Ecocem France va démarrer la production de laitier moulu dans sa deuxième usine, dont les travaux sont en train de s’achever sur un terrain du port de Dunkerque. 37 millions d’euros ont été investis dans ce site dernier cri qui prévoit une production annuelle de 750 000 tonnes. 

1047
Anne Debenath, responsable d'exploitation du site dunkerquois d'Ecocem France, devant les installations flambant neuves de l'usine.

Ecocem France est née en 2007 du joint-venture entre ArcelorMittal (30% du capital) et le groupe irlandais Ecocem. De là a été créé la première usine d’Ecocem France, à Fos-sur-Mer, près de Marseille. Cette dernière utilise les laitiers du sidérurgiste ArcelorMittal pour fabriquer un écomatériau, le laitier moulu, qui entre dans la composition du béton et de ciments spéciaux en remplacement du clinker. Il préserve la ressource naturelle, permet de réduire les émissions de CO2 de 38% à la tonne de ciment ou de béton produite et offre de très bonnes capacités de résistance. Il y a deux ans, Ecocem France a souhaité implanter un nouveau site de production similaire. Dunkerque, qui bénéficie d’une proximité géographique avec ArcelorMittal et son site de Grande-Synthe, a été choisi, l’objectif pour le groupe étant de laisser les clients au sud de Paris à Fos-sur-Mer et de développer la clientèle au nord de Paris (France et pays européens limitrophes), grâce au nouveau site de Dunkerque.

Un déchet comme matière première

Après 18 mois de travaux, l’usine devrait entrer en production fin avril. «Nous allons utiliser les laitiers d’ArcelorMittal, notre voisin. Le laitier est un sous-produit issu de la production de la fonte dans les hauts-fourneaux. C’est donc un déchet qui devient notre matière première, explique Anne Debenath, responsable d’exploitation du site de Dunkerque. Grâce à lui, nous allons, à terme, produire 750 000 tonnes par an de laitier moulu, tout comme nos confrères du site de Fos-sur-Mer, ce qui amènera la production d’Ecocem France à 1,5 million de tonnes par an.» Une fois moulu, le laitier peut être vendu tel quel à des fabricants de béton ou bien recevoir, chez Ecocem, les additifs nécessaires à la fabrication de ciments spéciaux (colles à carrelage, liants hydrauliques routiers…). Ecocem France a consenti à un investissement de 37 millions d’euros pour la construction de cette usine, écologique également dans son fonctionnement puisqu’elle va utiliser l’air chaud fourni par les gaz des hauts-fourneaux d’ArcelorMittal dans son process. Une vingtaine de personnes ont été recrutées, toutes localement, pour des postes de chef de poste et d’opérateur de production. «Nous avons pu nous appuyer sur des organismes de formation locaux pour monter en compétences nos nouvelles recrues. Le reste de la formation s’est fait directement sur notre site de Fos-sur-Mer par nos salariés, qui ont pour certains plus de dix ans d’expérience professionnelle», note Anne Debenath. D’autres embauches pourraient se faire dans les mois qui suivront la mise en production.