Briqueteries du Nord

Un savoir-faire régional depuis quatre générations

Acteur historique dans la fabrication de briques, Briqueteries du Nord a, au fil des années, su se diversifier. Sous l’enseigne BdN matériaux, Briqueteries du Nord assure la distribution de matériaux et le recyclage de déchets issus du BTP. Zoom sur les nouveautés présentées à Nordbat 2018.

Depuis un demi-siècle, la brique de Leers (marque déposée en 1999) est le produit phare de l’entreprise basée au Port fluvial à Lille. Pur produit régional puisqu’elle est extraite des terres du Nord. Il s’agit d’une brique pleine à l’ancienne, extrudée, structurée et sablée. Parallèlement, le fabricant n’a de cesse d’innover et de proposer de nouveaux produits, tout en préservant un savoir-faire ancestral connu et reconnu. Le salon Nordbat 2018 est l’occasion d’en présenter quelques-uns.

Trois nouvelles briques perforées

Depuis l’usine de Templeuve, trois nouvelles briques sont nées. Il s’agit plutôt de nouvelles couleurs. «Nous avons travaillé autour des couleurs, des textures et des matériaux pour répondre aux tendances et aux besoins de nos clients, renseigne Gilbert Limbourg, directeur des ventes. Nous venons de lancer trois teintes qui tirent sur le gris clair nuancé.» Ces trois nouvelles couleurs, Vulcano, Fuji et Sancy, ont été élaborées à destination des maîtres d’œuvre, des architectes et des particuliers. «Nos clients ne veulent plus du rouge, poursuit Gilles Bernard, président-directeur général. C’est pourquoi nous sommes force de proposition en matière de design, pour aboutir à un produit durable, de qualité et répondant aux exigences esthétiques du moment.»

Des briques pleines tout droit sorties de l’usine de Lomme seront également présentées. «Nous allons également montrer lors du salon 10 à 14 produits extraits sur site et teintés dans la masse, informe Gilles Bernard. Nous sommes restés dans la tradition avec une brique moulée à l’ancienne qui dure 1 000 ans.» On pourra ainsi découvrir des briques noires et grises. Le blanc est actuellement à l’essai. «Les usages sont nombreux : on peut faire des murs pour le bâtiment ou des échantillons de plaquettes.» Les clients se situent principalement dans la région et jusque Paris.

Un positionnement local bien ancré

L’entreprise centenaire doit faire face à une concurrence belge et à un manque de savoir-faire national. «Le marché national n’est pas très développé, car certaines régions de France manquent de poseurs, de maçons, analyse Gilles Bernard. De plus, nous sommes situé près de la Belgique où de nombreuses usines fabriquent en grand nombre des briques dont la qualité est différente de celles que nous produisons.» Mais le carnet de commandes ne désemplit pas, notamment avec l’arrivée de clients anglais. «Il y a dix ans, l’Angleterre a connu une crise avec la fermeture de nombreuses usines. Il y a eu de grosses pénuries et nous avons enregistré de fortes demandes, avant d’observer une baisse depuis le Brexit. On estime aujourd’hui qu’il leur manque 500 millions de briques.» Cette année, Briqueteries du Nord va leur en vendre 10 millions, ce qui représente 10 à 20% de la production de deux de leurs sites.

Le fabricant nordiste a encore de longues années devant lui, car «nous avons encore 50 ans de réserve de terre sur nos sites d’extraction d’argile et de sable», estime le PDG. En chiffres, BdN c’est 85 personnes réparties sur cinq sites dans la région, trois briqueteries et trois carrières d’argile, cinq sites de négoce de matériaux et cinq plates-formes de recyclage.