Caisse d'épargne Hauts-de-France

Une nouvelle agence par les jeunes, pour les jeunes

La Caisse d’épargne Hauts-de-France réfléchit à la banque de demain. Et plus spécifiquement à une banque pour les jeunes. Pour ce faire, elle a convié des jeunes étudiants de six écoles au projet «#réinvente ta banque», dont la présentation s’est faite lors d’une soirée à la gare Saint-Sauveur, début avril à Lille.

Cyril Puyrabet, au premier plan, directeur du développement banque de détail à La Caisse d’Epargne Hauts-de-France et Marc-Antoine Delclève, chef de projet innovation et expérience client.

«Nous devons nous transformer, introduit Cyril Puybaret, directeur du développement banque de détail à la Caisse d’épargne Hauts-de-France. Nous sommes proche de notre clientèle, c’est pourquoi nous souhaitons travailler en étroite collaboration avec elle.»

Le projet a été initié en début d’année lors du Salon de l’étudiant et du lycéen de Lille et du Salon de l’apprentissage et de l’alternance à Amiens. La banque a alors constitué une communauté composée d’une centaine de jeunes de 16 à 25 ans de niveaux d’études différents et de jeunes actifs. «L’idée est de proposer une expérience client par typologie de client, explique Marc-Antoine Decleve, chef de projet innovation et expérience client. Nous avons alors mis en relation ce panel avec des jeunes de nos écoles partenaires.»

5 000€ pour le projet sélectionné

Six écoles régionales participent au challenge. Près de 70 élèves issus du CNAM Hauts-de-France, de l’IESEG Lille, d’ISEG Lille, d’YNCREA Lille, du Pôle sup Baudimond d’Arras et d’EFFICOM Lille ont jusqu’au mois de juin pour soumettre un questionnaire au panel. Ils devront ensuite rendre leurs conclusions par écrit en septembre, avant de soutenir leurs propositions en décembre, à l’oral cette fois, devant un jury de collaborateurs de la banque. Le projet vainqueur sera donc désigné fin 2018. «Nous allons accompagner pédagogiquement et financièrement les étudiants, poursuit Cyril Puybaret. La Caisse d’épargne Hauts-de-France s’engage à mettre en œuvre, dans la mesure du possible, le projet qui sera retenu. Une dotation de 5 000€ sera faite au projet vainqueur, les autres projets se verront remettre une dotation de 1 500€.» Identifier les besoins et les usages des jeunes, c’est l’un des fils conducteurs du projet pour créer cette nouvelle agence du futur. Sera-t-elle fixe ou nomade ? Quels services proposés ? Quel type de relations entre le client et sa banque : physique, digitale ? Ce sont autant de questions auxquelles d’autres jeunes devront répondre. «Les besoins de cette clientèle sont très différents : première installation, financement des études, études à l’étranger, permis de conduire ou encore prêt voiture, note Cyril Puyrabet. Notre approche se doit de leur être spécifique.»

Avoir une vision globale pour se réinventer

Depuis quelques années, la Caisse d’épargne repense le maillage de ses réseaux bancaires urbains. «L’agence physique n’est pas forcément la réponse, poursuit Marc-Antoine Declève. De la même manière qu’on ne peut pas se différencier en créant uniquement un produit bancaire.» C’est tout l’enjeu auquel devront répondre ces 70 étudiants. «Entre 16 et 25 ans, les besoins des jeunes changent considérablement. Nous avions déjà mené des tests auprès de ce public par petites touches. Il s’agit maintenant d’avoir une vision globale et plus approfondie.»