Congrès des maires du Nord

«Nous sommes à une période clé dans le mandat municipal»

Jeudi 31 mai, la ville de Douai accueille à Gayant Expo, le 63e congrès des maires du Nord et des présidents d’intercommunalité. Au cours de cette journée, Nicolas Lebas, le président de l’association, accueillera notamment Michel Lalande, le préfet de Région, mais également Xavier Bertrand et Jean-René Lecerf, respectivement président de la Région et du Département du Nord.

595
Nicolas Lebas, président de l’association des maires du Nord.

La Gazette : Dans quel cadre s’ouvre ce nouveau congrès, le premier que vous allez présider ?

Nicolas Lebas : J’ai trouvé que l’association, son conseil d’administration, son bureau avaient fait preuve d’une grande maturité dans la phase de transition à l’issue de laquelle j’ai été choisi comme président. J’ai été sensible à la confiance de mes collègues. Il y avait trois grands piliers dans mon projet, qui étaient le renforcement des liens de convivialité et d’échange entre les maires, tout le travail d’accompagnement dans la formation des élus, de leurs adjoints et des conseillers municipaux avec une modernisation de l’offre, et enfin l’assurance de notre présence partout où se décide le destin des communes du Nord.

Ce congrès va se dérouler dans un contexte particulier avec, notamment, la fin du cumul des mandats…

Oui, puisque dans la foulée de l’alternance politique de l’année dernière, le gouvernement engage beaucoup de réformes qui ont des conséquences pratiques et concrètes sur la vie des élus locaux et des communes. D’ailleurs, j’annoncerai au cours du congrès notre souhait de mettre en place une conférence parlementaire qui sera réunie au début de chaque session parlementaire pour regarder quels sont les textes à l’ordre du jour et les conséquences de ces textes sur la vie des communes, car, depuis l’interdiction de cumul des mandats, nous n’avons plus de relais directs dans l’hémicycle pour faire remonter nos observations.

Des tables rondes vont également venir renforcer les débats et les échanges…

En fait, on a une offre de tables rondes un peu plus riche que les années précédentes. Il y a des thématiques qui correspondent souvent aux inspirations fortes de la population. Ce sont tous les sujets relatifs à la sécurité, et on va d’autant plus en parler qu’il y a le sujet de la police de sécurité du quotidien qui est en train de se mettre en place, et sur lequel on a besoin d’entendre comment ça va fonctionner aussi bien dans les quartiers prioritaires identifiés et que dans les autres. Les trois autres tables rondes tourneront autour des finances, des politiques culturelles et de la question de la réussite éducative.

C’est un congrès résolument tourné vers l’avenir…

Oui, c’est notre objectif ! En fait, nous sommes à une période clé dans le mandat municipal. En ce moment, les maires font le point sur les projets menés au cours de leur mandat et se demandent s’ils vont se représenter en mars 2020. Pour moi, participer à notre congrès doit être un facteur de motivation supplémentaire, et si parfois nous pouvons avoir des moments de découragement, cet événement existe aussi pour que nous puissions venir échanger avec nos pairs sur des problématiques communes.