Développement territorial

Les entreprises invitées à rejoindre la Fondation territoriale des lumières

Le 24 avril dernier, dix partenaires privés et parapublics ont décidé de créer la Fondation territoriale des lumières. Leur ambition : lutter contre toutes les formes de précarité, d’exclusion et aider le bassin minier qui souffre de nombreuses fragilités sociales à se tourner vers l’avenir.

ACT'Studio
Dominique Lemaistre, secrétaire de la Fondation de France, a rappelé l’importance pour la Fondation de voir des actions locales perdurer et des entreprises prendre des initiatives. ©ACT'Studio

C’est dans le bassin minier, au cœur d’une région en pleine mutation, qu’est née une Fondation territoriale, la première à l’échelle des Hauts-de-France. La Fondation territoriale des lumières est «un modèle nouveau d’organisation qui fait suite à la politique et aux lois de décentralisation, mais reste encore extrêmement rare. Il a fallu attendre que le pays se recompose pour voir des initiatives de ce type être promues», souligne Dominique Lemaistre, secrétaire de la Fondation de France. L’initiative est très importante pour la Fondation de France qui, depuis plusieurs années, essaye de promouvoir ce type d’organisation philanthropique centrée sur un territoire. D’autant plus qu’elle s’inscrit dans la continuité du programme de dynamique territoriale «Mine d’idées» que la Fondation de France avait lancé il y a cinq ans et qui a suscité de nombreuses solidarités sur l’arrondissement de Lens. Aujourd’hui, c’est donc un collectif qui prend le relais de ce travail qui a eu pour but de faire émerger des projets auprès de la population locale. «Il est très important que ces programmes territoriaux, qui ont pour but de lutter contre l’exclusion, de créer une dynamique qui perdure dans le temps, trouvent des relais locaux.» La Fondation des lumières sera abritée par la Fondation de France qui assurera un accompagnement pendant plusieurs mois, jusqu’à ce que le projet ait des racines bien implantées.

©ACT'Studio
Les partenaires impliqués dans la Fondation des lumières ont signé les statuts qui donnent naissance à la première Fondation territoriale du bassin minier. ©ACT’Studio

Des partenaires engagés

«’Mine d’idées’ a été une expérience extraordinaire. La crainte était que sur notre territoire en difficulté économique et sociale, naissent peu d’idées et de vocations», précise Dominique Soyer, directeur général du groupe Maisons & Cités, à l’initiative de la création de cette Fondation territoriale. Des craintes infondées puisqu’au final, une centaine de projets ont été proposés, avec une trentaine accompagnée par la Fondation de France. Et Dominique Soyer d’ajouter : «Il aurait été dommage que cette initiative s’arrête avec le temps, d’où l’idée de nous associer et de profiter de l’accompagnement de la Fondation de France et de son savoir-faire de plus de 40 ans d’expérience.» La Fondation est un outil basé sur le partenariat. Dix acteurs régionaux (l’Agence nationale de garantie des droits des mineurs, le groupe AHNAC, Esprit de France, Filieris, Habitat du Nord, Habitat Hauts-de-France, Maisons &Cités, Norevie, Ramery et CDC Habitat) se sont associés dans la création de la Fondation des lumières. «Notre espoir est de faire naître des initiatives de toutes natures, dans tous les domaines d’activité. Grâce à la richesse des collaborateurs des partenaires, nous allons pouvoir proposer une palette de compétences très large.»

«Notre espoir est de faire naître des initiatives de toutes natures»

©ACT'Studio
Dominique Soyer, directeur général de groupe Maisons & Cités a donné les grandes lignes des missions de la Fondation des lumières. ©ACT’Studio

Une nouvelle dynamique

La Fondation des lumières œuvrera sur un territoire élargi à l’ensemble du bassin minier du Nord et du Pas-de-Calais. Au-delà d’un engagement financier sur cinq ans à hauteur de 670 000 €, les dix partenaires entendent créer notamment du lien social et de l’activité dans les cités, permettre aux locataires de retrouver une vie sociale. La Fondation territoriale sera administrée par un comité exécutif constitué de 17 personnes, représentants des fondateurs, des donateurs et des personnalités du territoire qui viendront apporter leur expertise. Parmi eux, Bertrand Delzenne, chef d’entreprise ; Florence Domange, directrice de l’Office public de la jeunesse de Bruay-la-Buissière ; Laurent Gardin, maître de conférences en sociologie, coprésident de la chaire ESS du Nord – Pas-de-Calais ; Marie Lavandier, directrice du Louvre-Lens ; Alain Schmitt, directeur de l’IMT Lille-Douai ; Aurélie Top, architecte médiatrice. «Les dix partenaires encensent le mouvement, ils inscrivent la Fondation au cœur de leur politique RSE», conclut Dominique Soyer. La Fondation territoriale des lumières invite les entreprises du territoire à rejoindre le mouvement et à s’impliquer dans le développement du bassin minier.