«Les Tremplins GSF» rapprochent les étudiants du monde de l’entreprise

Mathilde Giffard, Vincent Legrand et William Lemaitre, trois élèves en BTS MSE (métiers des services à l’environnement) au lycée Alain Savary d’Arras, ont obtenu la deuxième place lors de la 8e édition du concours «Les Tremplins GSF». Créé par le groupe GSF, l’un des leaders français de l’hygiène, de la propreté et des services associés, […]

1198
L'équipe finaliste du concours « Les Tremplins GSF » entourée de la direction de GSF.

Mathilde Giffard, Vincent Legrand et William Lemaitre, trois élèves en BTS MSE (métiers des services à l’environnement) au lycée Alain Savary d’Arras, ont obtenu la deuxième place lors de la 8e édition du concours «Les Tremplins GSF». Créé par le groupe GSF, l’un des leaders français de l’hygiène, de la propreté et des services associés, ce concours a pour but de «rapprocher les étudiants du monde de l’entreprise, tout en valorisant les métiers de la propreté». Un chèque de 2 500 €, comprenant également une dotation pour l’école, a été remis à l’équipe. Dans le cadre de ce concours, GSF a délivré une dotation globale de 9 000 € à onze étudiants finalistes. Fondé en 1963 par Jean Louis Noisiez, GSF est un des plus grands groupes de nettoyage du secteur avec 34 100 collaborateurs et 121 établissements, pour un chiffre d’affaires de 847 millions d’euros. Également présent à l’international (Canada, USA, Royaume-Uni, Espagne, etc.), un partenariat européen réunit treize membres employant plus de 110 000 salariés. Accompagnés par leur professeur, les élèves ont formé l’équipe «Ergoclean» et se sont investis pendant deux ans autour d’un projet innovant d’amélioration des chariots de nettoyage afin de les rendre plus ergonomiques. «Afin de réduire les troubles musculo-squelettiques, nous avons effectué des expériences pour rendre l’utilisation du chariot plus accessible pour l’agent de propreté», explique William Lemaitre. «On a ajouté des roues pour franchir des obstacles plus facilement, on a permis l’amélioration de la vidange des seaux et enfin on propose également un chariot réglable au niveau de la presse», détaille Mathilde Giffard. Cette solution doit permettre aux agents de service de régler la hauteur du chariot de nettoyage en fonction de leur taille ou de leur éventuel handicap.