Gressier et PMI à Calais

Deux destins dans les moteurs industriels

En 1988, deux entrepreneurs calaisiens décident de se séparer et de créer leur entreprise dans la même ville. Freddy Gressier et Christian Vandenbossche développe leur cœur de métier, le bobinage, l’une des opérations de maintenance d’une pompe industrielle ou d’un moteur électrique. Le premier se diversifie dans les centres de production nucléaire et le second développe l’expertise. Rencontre avec les deux hommes qui fêtent leurs 30 ans d’activité.

789
Le fondateur Freddy Gressier, Hervé, son fils, et leurs épouses

Fondée en 1988 à Calais par Freddy et Michèle Gressier, la société familiale initialement tournée vers l’électromécanique est devenue en quelques années une structure industrielle multiservices, investie dans les domaines de la qualité et de la sécurité. Elle est le premier réparateur de pompe en France et le troisième vendeur européen. Elle emploie 45 personnes et dispose de deux ateliers, l’un à Calais qui regroupe les activités de chaudronnerie, bobinage et mécanique, maintenance et rénovation ainsi que négoce de matériel industriel, et le second à Guénange, près de Thionville, qui abrite les activités d’électromécanique à destination de stations de pompage, de compresseurs en eau potable et du secours incendie. Elle intervient dans tous types d’industrie et dans les collectivités, en direct et en sous-traitance. Mais ce sont les centres de production nucléaire qui participent grandement à sa croissance. «C’est cette dernière spécialisation dans le nucléaire qui fait aujourd’hui la force de l’entreprise», explique Hervé Gressier qui a repris l’entreprise familiale en 2005, après quinze années d’apprentissage dans les différents services. Gressier intervient en maintenance et pour la location de ponts dans les centrales nucléaires. Les premières interventions ont été effectuées dans la centrale de Cattenom, en Lorraine, puis se sont déployées à Gravelines et partout en France. Une équipe de maintenance est entièrement dédiée à ce travail qui nécessite une grande réactivité. De fait, le chiffre d’affaires de l’entreprise est en augmentation constante. Il a fait un bond de 1 million de francs dans les années 90 à 9 millions d’euros en 2017, dont 50% dans le nucléaire. Une progression qui n’effraie pas son dirigeant : «Le chemin est beau, totalement imprévu. Je n’ai pas de stratégie précise, mais j’avance selon les opportunités. Mon objectif est de maintenir l’activité et d’avoir des commandes.» Et de préciser son exigence dans le recrutement de ses collaborateurs. Pour trouver les compétences techniques afférentes aux différents métiers industriels, Hervé Gressier mise sur le savoir-être des personnes. «Il nous faut des collaborateurs motivés, rigoureux. Nous les amenons en compétences au sein de l’entreprise.» Si la forte croissance de Gressier et Fils est principalement liée à l’activité des sites nucléaires, le moteur industriel a aussi de beaux jours devant lui.

PMI – Pôle moteur industriel

L’ensemble des collaborateurs de PMI.

Christian Vandenbossche vient de passer la main à son successeur Damien Andrieu, dans la «maison» PMI depuis 17 ans. «Je l’accompagnerai encore pendant quatre ans», souligne-t-il d’emblée, citant la complexité de cette activité très technique qu’est la maintenance de pompes industrielles : pompes centrifuges, de surface, immergées, etc., pour ventilateur, tapis roulant, piscines… elles ont en commun le fait qu’il faille trouver des techniciens spécialisés en bobinage pour les réparer. La maintenance consiste à obtenir un meilleur rendement en changeant les anciens fils de cuivre par de nouveaux, une tâche réalisée manuellement. «C’est une entreprise de main-d’œuvre et de qualification et c’est aussi une activité de prestation où la réactivité est très importante», insiste le fondateur de PMI, citant quelques clients comme Idex, Engie, Roquette ou encore la Cartonnerie de Gondardennes. «Il faut cinq années au minimum pour acquérir ce savoir-faire qui requiert de la dextérité, de l’organisation et de la patience», complète le nouveau PDG. Outre le bobinage et l’activité de négoce de moteurs industriels, l’entreprise, qui compte quinze salariés, développe d’autres compétences. Elle intervient notamment auprès de ses clients dans le domaine de l’efficacité énergétique en proposant des matériels innovants à haut rendement, dans l’automatisme et la régulation, la maintenance préventive via un contrôle vibratoire ou l’analyse de réseaux pour anticiper les pannes. L’activité est en progression de 2 à 3% ces dernières années. PMI a enregistré en 2017 un chiffre d’affaires de 2,7 millions d’euros. «Je souhaite la pérennisation de l’entreprise, commente Christian Vandenbossche et je crois en la pérennité du moteur industriel.»

Maintenance d’une pompe industrielle chez PMI.