«Les Ch’tis flingueurs» vient d’ouvrir ses portes

La création d’entreprise en guise de réinsertion professionnelle

Natacha et Angelo Da Silva Gomez viennent de lancer une activité de paintball sur la commune de Calonne-Ricouart, baptisée «Les Ch’tis flingueurs». Cette création d’entreprise, axée sur le domaine des loisirs, intervient après une période de chômage de quatre années.

Angelo et Natacha Da Silva Gomez ont mis quatre années pour concrétiser leur projet.

L’offre de services s’étoffe au parc de loisirs Calonnix (Calonne-Ricouart). Natacha et Angelo Da Silva Gomez ont ouvert il y a quelques semaines «Ch’tis flingueurs», une aire de paintball qui dispose du statut de SCOP. «J’ai connu une période de chômage et, dans ces conditions, ce n’est pas simple de convaincre, il faut trouver les bons interlocuteurs. Tout s’est débloqué début 2018. Nous avons rencontré le maire qui a mis à notre disposition un terrain qui était en friche», explique Angelo Da Silva Gomez. Ce dernier, originaire de la cité 6, souhaitait développer son activité dans sa ville natale. Sa femme et lui ont reçu le soutien de l’association Germinal, qui développe des activités d’aide à l’insertion sociale et professionnelle par la création d’activités économiques. «Il a fallu faire preuve d’une grande détermination et ne jamais baisser les bras. Nous avons sonné à de nombreuses portes. La communauté d’agglomération de Béthune-Bruay Artois-Lys romane s’est montrée réceptive et elle nous a aidé également», souligne Natacha Da Silva Gomez.

Une volonté de se diversifier

Les époux ont sollicité des entreprises du secteur afin de collecter des pneus usagés et des palettes afin de réaliser les obstacles. En juillet dernier, l’aménagement du terrain était achevé et deux espaces distincts, de respectivement 2 000 et 3 000 m², ont été édifiés, l’un réservé aux adultes et le second aux enfants. «Notre expérience en tant que pratiquants nous a servi durant les travaux.», confie Angelo Da Silva Gomez. Ce dernier fournit les lanceurs et les équipements de protection. «On briefe les équipes quand il s’agit de néophytes. On explique la règle du jeu et surtout les consignes de sécurité», indique Natacha Da Silva Gomez. Il existe même une boutique pour se procurer tout ce qu’il faut pour s’adonner régulièrement à ce sport. Afin de respecter l’environnement, les billes utilisées par les joueurs ne contiennent pas de produits nocifs mais des substances naturelles. De même, les capsules sont constituées de gélatines alimentaires qui se dissolvent facilement. L’aire de jeu calonnoise n’a pas tardé à faire parler d’elle et les joueurs affluent du Bruaysis, du Béthunois, du Lensois, mais aussi de Belgique. Satisfaits du démarrage des «Ch’tis flingueurs», les époux envisagent d’amorcer une diversification pour 2019, en lançant une section airsoft qui sera réservée aux adultes.