Projet de plateforme et partenariat avec Pôle emploi

Eurocave reste fidèle à Fourmies

Cette PME, spécialiste des caves à vins haut de gamme, va réorganiser sa logistique. Elle anticipe aussi le départ en retraite de ses salariés de plus de 50 ans. Recrutement et transmission du savoir-faire s’organisent…

236
Jérôme Gosset, le directeur du site fourmisien (à droite), et Mickaël Delsinne, en cours de formation et de recrutement. Ils sont en compagnie d’une partie de la délégation de Pôle emploi.

Le nom «Eurocave» est d’abord associé à une gamme de caves et bars à vins (armoires climatisées pour la conservation, le vieillissement, le service) et aussi, dans une moindre mesure, de «caves à cigares». Ses modèles sont diffusés dans le monde entier. On en trouve notamment chez des particuliers, dans des hôtels, des restaurants et autres professionnels situés en Europe, en Asie et Amérique du Nord : 80% des productions sont d’ailleurs exportées, explique-t-on chez Eurocave. Mais l’histoire et le nom de l’entreprise sont aussi liés à la ville de Fourmies où elle a vu le jour en 1976, avec un concept alors nouveau. Aujourd’hui, la société y emploie 72 personnes et projette, à l’horizon 2019, de regrouper à un autre endroit de Fourmies ses trois sites logistiques. L’entreprise a aussi continué à investir ces dernières années avec, par exemple, la création récente d’une ligne de production de circuits froids. Le site fourmisien est un site de fabrication, dirigé depuis environ deux ans par Jérôme Gosset : 5 000 m2 d’ateliers où l’on pratique l’assemblage à la main, une particularité. Le groupe Eurocave réalise un chiffre d’affaires d’environ 34 millions d’euros et compte une autre unité à Villeurbanne (services généraux et commerciaux, études, SAV…). Le groupe dispose de deux distributeurs en son nom propre, à Lille et à Paris. La vente des productions passe par divers distributeurs.

Recrutement et formation avec Pôle emploi

Le 11 octobre, en accueillant une délégation de Pôle emploi, Sylvie Pittino, directrice des ressources humaines, a expliqué que l’entreprise avait des projets en matière de recrutements d’ici à 2021 : «27% de notre effectif a plus de 50 ans. Beaucoup de tâches se faisant manuellement, la transmission du savoir-faire est essentielle pour nous. Dix postes vont être à pourvoir.» La DRH précise que ces recrutements s’organisent avec des agences d’intérim et Pôle emploi. Parmi les besoins, des postes d’agent de fabrication, d’approvisionneur, d’agent de maintenance. Début octobre, deux personnes étaient en cours de formation et de recrutement. C’est le cas de Mickaël Delsinne, 29 ans, qui, après trois mois de formation, devait être prochainement embauché en CDI en tant que technicien qualité. Titulaire d’un BTS traitement thermique des matériaux, il a travaillé dans l’industrie lourde et ce poste chez Eurocave lui donne l’opportunité de revenir à Fourmies, sa ville. Du côté de Pôle emploi, qui finance, on explique qu’il s’agit à la fois d’aider les entreprises à recruter et d’accompagner les demandeurs d’emploi qui ont besoin d’une formation.