52e édition du CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas

À la conquête de Las Vegas

C’est sans aucun doute le salon du numérique le plus convoité des start-up. Quatre jours pour faire connaître son entreprise, exposer ses savoir-faire et attirer de futurs partenaires voire des investisseurs. Depuis trois ans, les Hauts-de-France envoient une délégation d’entrepreneurs, en partenariat avec EuraTechnologies.

309
Un pas dans le futur avec des démonstrations inédites lors du CES.

Les chiffres donnent le tournis. Une surface équivalente à 52 terrains de foot, 4 500 exposants, 1 500 start-up – dont 274 françaises, la plus importante des délégations –, 180 000 visiteurs, un marché estimé à plus de 1 000 milliards de dollars… Du 8 au 11 janvier prochain à Las Vegas, le Consumer Electronics Show (CES) réunira les plus grands noms du numérique mais aussi des pépites en voie de devenir des leaders de demain. Sans parler d’Eureka Park, tremplin en ultra accéléré pour les start-up exposantes, avec aux manettes, 28 spécialistes d’entreprises aux critères de sélection redoutables. «S’ils vous choisissent, c’est que vous êtes bankable. C’est la pouponnière des futurs exposants» annonce Sébastien Côte, fondateur de Mon Territoire Numérique. Fin novembre 2018, les start-up membres de la délégation Hauts-de-France étaient d’ores et déjà sur le pont puisqu’elles ont pitché pour présenter leur entreprise, histoire de s’entraîner pour quatre jours intensifs sur le sol américain. C’est tout un programme qui s’organise en amont pour les participants : un cycle de séminaires et d’ateliers, du coaching collectif et individuel et des mises en situation (pitchs, ateliers, formations…). Depuis trois ans, la Région Hauts-de-France envoie à Las Vegas des start-up prometteuses ainsi que des centres de recherche, qui exposeront sur le stand «Espace French Tech», au cœur du très convoité Eureka Park. Elles seront 24 cette année à s’envoler pour le CES, dont 19 issues d’EuraTechnologies : neuf seront présentes sur le stand Hauts-de-France / EuraTechnologies et une quinzaine participera à la délégation régionale. Pour leur faire prendre conscience de l’enjeu, Sébastien Côte n’hésite pas à leur mettre la pression : «Vous allez être sur le toit du monde des start-up, parmi les 1 500 meilleures mondiales…». Avec l’Ile-de-France, PACA et Rhône-Alpes, les Hauts-de-France seront parmi les régions les mieux représentées au CES 2019.

Les start-up qui s’envoleront pour le CES d’ici quelques jours.

Un bond en avant en quelques jours à peine

Pour certaines d’entre elles, le CES n’est pas une première, à l’image de l’entreprise Otonohm, venue l’an dernier en prospection et présente cette année sur le stand régional. Ou encore de Citymagine, dont c’est le deuxième salon. «En 2017, nous étions allés à Las Vegas pour rencontrer tous les gestionnaires français d’infrastructures. Aujourd’hui, nous sommes prêts à l’export et notre objectif est clair : trouver des distributeurs sur la zone Europe et au Maghreb» détaille Matthieu Levivier, COO de l’entreprise d’une dizaine de salariés, qui a développé une technologie brevetée de maintenance préventive des routes, dotée d’une caméra 360°. Gros challenge également pour Ubikey (Compiègne), dont c’est également la deuxième participation au CES. La start-up développe une technologie pour rendre les postes de travail multi-utilisateurs avec une table et un tableau tactiles de grandes dimensions associés à une suite logicielle multi-utilisateurs. Quant à Mapwize, dont le produit a été lancé au CES en 2016 (une plateforme de cartographie d’intérieur pour la création de nouveaux services numériques dans les bâtiments et les événements), la présence au CES a été «porteuse de très bonnes affaires». «L’essentiel se passe sur quatre jours. Nous avons pu rencontrer tous les décideurs d’un seul écosystème. Quand les gens sont intéressés, ils reviennent le lendemain. Bien sûr, il y a des risques de se faire piquer son idée. Il faut bien se protéger», met en garde Matthieu Levivier, qui avoue sans détour avoir été filmé sur son stand par des géants du numérique. «Le CES permet de gagner du temps et c’est un gain de productivité sur tous les vecteurs. C’est une porte d’entrée unique» ajoute Pierre-Julien Harbonnier, CEO de Parkii. La start-up présentera, lors du CES 2019, une plateforme multi-technologique qui révolutionne la gestion des parcs de stationnement pour les villes, centres commerciaux, aéroports… Une ouverture incontestable à l’international tout en veillant à préserver ses concepts, sous peine de les voir arriver chez des concurrents…

Les 9 start-up du stand Hauts-de-France / Euratechnologies

  • Otonohm : solutions pionnières pour l’énergie embarquée
  • Jooxter : applications et objets connectés permettant aux entreprises et à leurs salariés d’optimiser et de faciliter l’utilisation des espaces de travail
  • Citymagine : solution d’inspection automatique des infrastructures par images 360°
  • Ubikey : solution technologique de travail collaboratif
  • iBanr : premier kakemono digital full multimédia, écran LED repliable, transportable dans une box et déployable en moins d’une minute
  • Nahimic : son haute définition, technologie audio et voix réalistes sur ordinateur
  • Augmenteo : studio créatif qui conçoit et développe des animations ludiques et innovantes
  • Parkki : comprendre, optimiser et fluidifier les zones de stationnement avec une solution d’analyse des données de capteurs, de suivi et d’optimisation des ressources
  • Blue Whale Company : objets connectés pour contrôler les consommations d’eau