Journal d’un disparu mis en scène par Ivo van Hove à Douai

Créé en 1921, le Journal d’un disparu retrace, en 22 chants, l’histoire de Janik, un jeune villageois quittant les siens pour une Tsigane, dont il s’est épris. Au-delà de cet amour, le récit aborde la question de l’exil, et résonne avec la propre vie de Leoš Janácek (1854-1928). Au moment d’écrire ce conte, le Tchèque, […]

567
© Jan Versweyveld
© Jan Versweyveld

Créé en 1921, le Journal d’un disparu retrace, en 22 chants, l’histoire de Janik, un jeune villageois quittant les siens pour une Tsigane, dont il s’est épris. Au-delà de cet amour, le récit aborde la question de l’exil, et résonne avec la propre vie de Leoš Janácek (1854-1928). Au moment d’écrire ce conte, le Tchèque, alors âgé de 63 ans, vécut une idylle avec une femme de 38 ans sa cadette. Pour donner à entendre les élans passionnés du compositeur, Ivo van Hove intègre au spectacle les lettres que Janácek envoya à sa muse pendant onze ans. Ces personnages souffrant de la solitude et de l’absence, tiraillés entre désir et culpabilité, rappellent l’univers des films d’Antonioni, que le metteur en scène cite très directement par la scénographie : le décor est le studio d’un Janik, devenu photographe de renom. Afin de donner davantage de place à la voix féminine interprétée par la mezzo-soprano Marie Hamard, tsigane sensuelle et envoûtante, Ivo van Hove mêle à la composition de Janácek des intermèdes musicaux composés par la jeune compositrice belge Annelies Van Parys. Ce spectacle dessine un autoportrait du compositeur, qui traduisit en musique toutes les vibrations de la vie. Soit un sublime chant d’amour niché au cœur d’un immense moment de théâtre et de musique.

© Jan Versweyveld

Représentations les 8 et 9 janvier à 20h à l’Hippodrome, place du Barlet à Douai. Renseignements et réservations au 03 27 99 66 66 ou sur www.tandem-arrasdouai.eu