DVD de la semaine

Edward Yang Carlotta Films présente deux œuvres inédites majeures d’Edward Yang, réalisateur phare du Nouveau Cinéma taïwanais avec Hou Hsiao-hsien. Deuxième film du cinéaste, Taipei Story met en scène Lon et Chin qui se connaissent depuis de nombreuses années. Lui est un ancien joueur de base-ball sans véritable ambition professionnelle ; elle a un poste […]

406

Edward Yang

Carlotta Films présente deux œuvres inédites majeures d’Edward Yang, réalisateur phare du Nouveau Cinéma taïwanais avec Hou Hsiao-hsien. Deuxième film du cinéaste, Taipei Story met en scène Lon et Chin qui se connaissent depuis de nombreuses années. Lui est un ancien joueur de base-ball sans véritable ambition professionnelle ; elle a un poste de secrétaire au sein d’un grand cabinet d’architectes. Le sentiment qu’ils éprouvent l’un pour l’autre est un mélange d’amour et d’affection profonde, aux contours flous. Mais le licenciement brutal de Chin va bientôt fissurer leur couple et compromettre leur projet de vie commune… À travers l’histoire de la désintégration d’un couple, Edward Yang brosse le portrait désenchanté d’un pays en proie à de profonds bouleversements, balançant constamment entre son passé et sa soif de modernité.

Avec A Brighter Summer Day, le réalisateur conjugue avec génie la grande et la petite histoire. Il nous transporte ainsi à Taïwan au début des années 1960. Le jeune Xiao Si’r entre au lycée aux cours du soir, au grand dam de son père qui espérait que son fils intègre un établissement plus prestigieux. Il se lie d’amitié avec Cat, Airplane et Tiger, avec qui il fait les quatre cents coups. Autour d’eux s’affrontent deux bandes rivales, mais Xiao Si’r se tient éloigné de leurs agissements, jusqu’au jour où il fait la connaissance de Ming, dont il tombe amoureux. Or celle-ci est la petite amie de Honey, leader d’un des deux gangs… Entre récit intimiste et fresque d’un pays en plein bouleversement, ce chef-d’œuvre retrace le désarroi d’une jeunesse dans un magnifique agencement romanesque qui évoque les grandes compositions picturales et les épopées grandioses. Un morceau de pur cinéma à admirer dans sa version intégrale inédite et restaurée.

Carlotta Films.

Invasion

Film d’anticipation signé Kiyoshi Kurosawa, Invasion suit les pas d’Etsuko qui, progressivement, se rend compte que son amie, son patron, son mari ne sont plus tout à fait les mêmes Pourquoi tout le monde change-t-il soudainement de comportement ? Elle réalise alors que les humains sont en train de perdre leurs émotions… Tout comme Shokuzai (2013), Invasion a tout d’abord été écrit pour une chaîne de télévision japonaise. Cette série initialement découpée en 5 épisodes a été remontée pour être distribuée en un film de 140 minutes. Pour ce projet, le réalisateur a retrouvé l’un de ses coscénaristes préférés, Hiroshi Takahasi (The Ring), après 19 années sans travailler ensemble. «Dans cette histoire, souligne Kiyoshi Kurosawa, les envahisseurs ont une apparence humaine. Les personnages principaux ressentent d’étranges pressentiments qui les consument petit à petit. Lorsque tout le monde disparaît, comment l’héroïne va-t-elle réussir à avancer ? Nous avons dépeint ces évènements terrifiants avec le plus de réalisme possible.» Magnifié par l’interprétation de la talentueuse actrice Kaho (Notre Petite sœur de Kore-Eda) et de la star montante Masahiro Higashide (Asako de Ryusuke Hamaguchi), ce film épuré et mélancolique baigne dans une inquiétante étrangeté, auscultant avec acuité les peurs contemporaines.

Arte Editions.