Ville pilote du développement durable

Et si le bien-vivre était à Loos-en-Gohelle…

La ville de Loos-en-Gohelle n’en finit pas de prendre de l’avance en termes de développement durable et de mieux vivre. Ville pilote du développement durable depuis plus de 20 ans, aujourd’hui Loos-en-Gohelle permet à ses habitants de faire des économies sur leurs factures d’énergie.

218
D.R.
L’église de Loos-en-Gohelle a été équipée en panneaux solaires, il y a plusieurs années. À terme, tous les bâtiments publics produiront de l’électricité et la ville sera autonome.

La politique menée par le maire Jean-François Caron dans sa commune de Loos-en-Gohelle est souvent copiée, tant elle est novatrice et surtout dans l’air du temps. «Depuis plus de 20 ans, nous nous sommes engagé dans un projet d’envergure visant à construire un territoire mieux intégré dans son environnement et plus respectueux avec la nature», présente Jean-François Caron. 

D.R.
L’église de Loos-en-Gohelle a été équipée de panneaux solaires, il y a plusieurs années. À terme, tous les bâtiments publics produiront de l’électricité et la ville sera autonome.

Loos-en-Gohelle est petit à petit devenue une ville dans laquelle il fait bon vivre, avec une fiscalité maîtrisée, où les habitants sont acteurs du développement. La recette est toute simple, et Jean-François Caron le clame haut et fort : «Il s’agit avant tout de beaucoup de bon sens.» Il faut ensuite savoir profiter des innovations techniques, notamment au niveau des matériaux de construction. 

«Nous devons tirer les leçons du passé et construire un nouveau modèle de croissance prenant en compte les enjeux écologiques, économiques et sociaux», poursuit-il.

Des logements passifs

La réflexion n’est pas nouvelle, mais aujourd’hui elle prend une tout autre dimension. Dans le cadre de la construction d’une nouvelle résidence, la Ville a ainsi imposé au bailleur social la mise en place d’un système de chauffage collectif pour alimenter les 22 logements sociaux concernés. 

Livré, il y a quasiment deux ans, l’immeuble est équipé d’une isolation thermique renforcée et très performante, ainsi que de triples vitrages. Il en résulte un bâtiment répondant aux dernières normes en termes d’isolation et de performance énergétique. Les grands gagnants de cette opération sont les locataires qui voient leur facture énergétique fortement diminuée : ils ne payent pas plus de 150 euros par an pour se chauffer et avoir de l’eau chaude. 

Autonomie énergétique

La satisfaction des habitants quant à la politique menée par l’équipe en place depuis quelques années pousse les élus, emmenés par Jean-François Caron, à aller plus loin dans la démarche.

«L’objectif que nous nous sommes fixé est de subvenir aux besoins en électricité de tous les habitants de la ville en équipant l’ensemble des bâtiments publics avec des panneaux solaires.» Loos-en-Gohelle se laisse quelques années pour parvenir à cet objectif, et estime que l’autonomie énergétique pourrait intervenir d’ici 2050.  

Certes, 30 ans peut sembler long, mais c’est le temps nécessaire à la collectivité pour assurer l’équipement de l’ensemble de ses bâtiments. «À chaque fois que nous devons rénover un bâtiment public, la question de l’isolation, de la récupération d’eau ou encore de la production d’énergie se pose», développe à cet égard le premier magistrat de la commune.

La feuille de route est déjà tracée. Dans les années à venir, environ 2 500 m2 de panneaux équiperont les écoles, les salles de sport, la salle des fêtes. Bien entendu, ces équipements seront posés en tenant compte des économies réalisées sur le court et le long terme, sans augmenter l’imposition locale. Loos-en-Gohelle est décidément un exemple pour bon nombre de collectivités.