Le Misanthrope au Théâtre du Nord

Alain Françon revisite cet inaltérable classique dans lequel Molière brocarde les mœurs de la Cour et l’hypocrisie qui règne dans cette société du paraître. Alceste aime Célimène qui aime la Cour et ses atours. L’atrabilaire amoureux, droit et sincère, en devient mélancolique, asocial au regard des mœurs de l’aristocratie. Cet entre soi où chacun exerce et subit les […]

460
© Michel Corbou

Alain Françon revisite cet inaltérable classique dans lequel Molière brocarde les mœurs de la Cour et l’hypocrisie qui règne dans cette société du paraître. Alceste aime Célimène qui aime la Cour et ses atours. L’atrabilaire amoureux, droit et sincère, en devient mélancolique, asocial au regard des mœurs de l’aristocratie. Cet entre soi où chacun exerce et subit les lois de la hiérarchie ; où les contraintes du cérémonial annihilent émotions et pulsions. En 1666, au moment où Molière écrit son œuvre, la société de cour est devenue la formation élitaire du pays, érigeant en dogme le contrôle de soi, la distanciation des affects et le raffinement du langage. Se profilent alors les appétits cyniques d’une société où l’amélioration du rang de l’un entraîne de fait la dégradation d’un autre, où les ambitions et convoitises enlaidissent l’amour, l’amitié et l’art poétique même selon Alain Françon. Familier des pièces de Tchekhov, Ibsen ou Edward Bond, l’artiste aborde pour la première fois Molière et, attentif à la musicalité de la langue, fait résonner l’alexandrin avec notre temps. Sous les lumières du fidèle Joël Hourbeigt, il s’attache ainsi à «arracher un bout de sens au chaos du monde» avec la complicité d’une magnifique troupe d’acteurs dont l’immense Dominique Valadié et Gilles Privat dans le rôle-titre.

Représentations du 27 février au 10 mars au Théâtre du Nord, Grand-Place à Lille. Renseignements et réservations au 03 20 14 24 24 ou sur www.theatredu nord.fr