Mesure pour mesure d’après Shakespeare en région

Passionné des écritures contemporaines, Arnaud Anckaert met en scène pour la première fois une pièce classique avec Mesure pour mesure de William Shakespeare. Ce dernier nous transporte dans une Vienne corrompue où un duc impuissant abandonne son pouvoir au magistrat Angelo, qui exerce dès lors une tyrannie sans précédent, interdisant au peuple de faire des […]

443
© Bruno Dewaele

Passionné des écritures contemporaines, Arnaud Anckaert met en scène pour la première fois une pièce classique avec Mesure pour mesure de William Shakespeare. Ce dernier nous transporte dans une Vienne corrompue où un duc impuissant abandonne son pouvoir au magistrat Angelo, qui exerce dès lors une tyrannie sans précédent, interdisant au peuple de faire des enfants ou même l’amour en dehors du mariage. C’est pour avoir enfreint cette loi qu’il condamne à mort le seigneur Claudio, tout en promettant de le gracier si sa sœur Isabelle se donne à lui… Attaché à un théâtre «en prise avec le réel», Arnaud Anckaert fait résonner ce texte avec notre époque afin de démasquer l’hypocrisie de certains discours radicaux contemporains. La mise en scène nous plonge dans un univers de guerre urbaine, sur une planète surpeuplée, en proie à la pollution atmosphérique et nous emmène de la noirceur la plus angoissante au rire le plus grossier, de l’esthétique sado-maso à l’univers clos de La Religieuse de Diderot. L’injustice, l’intransigeance du pouvoir, l’hypocrisie de la religion, les pulsions, le désir dessinent les lignes de force d’une pièce oscillant entre comédie, tragédie et thriller politique.

Représentations du 26 au 28 février au Théâtre d’Arras, le 8 mars au Manège à Maubeuge, du 26 au 29 mars à la Comédie de Béthune, du 2 au 4 avril à la Comédie de Picardie à Amiens, les 25 et 26 avril au Bateau-Feu à Dunkerque, le 21 mai à Arques et les 23 et 24 mai au Château d’Hardelot.