La Gioconda, un opéra d’Amilcare Ponchielli à la Monnaie

Mort à Venise

Plus gros succès de l’art lyrique italien entre Aida (1871) et Otello (1887) de Verdi, La Gioconda est une œuvre rarement jouée car stylistiquement si hétérogène et exigeante, tant d’un point de vue scénique que vocal, que peu de maisons d’opéra s’y aventurent aujourd’hui. La Monnaie relève pourtant le défi avec le chef d’orchestre Paolo Carignani et le metteur en scène Olivier Py afin de ressusciter ce grand opéra méconnu.

120
Vous devez être connectés pour visualiser cet article