Pro Bono Lab

«Le bénévolat de compétences reste méconnu»

Comment les sociétés de la région s’investissent-elles dans des actions sociales ? C’est la question à laquelle répond l’étude menée en partenariat par Pro Bono Lab, AG2R La Mondiale, la CCI Hauts-de-France, le Réseau Alliances et le Mouvement Associatif Hauts-de-France, parue mi-février.

303
Lors de la présentation de son étude sur l'engagement sociétal des entreprises fin janvier au siège de son partenaire AG2R La Mondiale, Pro Bono Lab a invité des structures à finalité sociale et des entreprises.

On dit souvent que les entreprises régionales sont généreuses et tournées vers les territoires. C’est ce qu’a voulu vérifier Pro Bono Lab, spécialisé dans l’engagement par le partage de compétences. «L’étude1 que nous avons menée porte sur la coopération entre entreprises et structures à finalité sociale, renseigne Tatiana Heinz, responsable recherche et partenariats internationaux chez Pro Bono Lab. Il y a un potentiel certain pour plus de coopération, car 79% des structures sociales sondées précisent avoir un besoin de compétences qu’elles n’ont pas en interne et 85,5% d’entre elles n’ont jamais bénéficié de mécénat de compétences par exemple

Ainsi, 362 entreprises des Hauts-de-France ont répondu à un questionnaire en ligne ; 17 entretiens auprès d’acteurs clés ont été menés et 167 structures à finalité sociale implantées dans 5 départements des Hauts-de-France ont été interrogées entre septembre et décembre 2018. Parmi les structures à finalité sociale, 93% sont des associations, en majorité des petites structures (26,5% n’ont aucun salarié et 40% ont entre 1 et 5 salariés). Du côté des entreprises, 91% sont des TPE ou PME avec moins de 250 salariés.

Mettre en relation des besoins et des compétences

«Cette étude territoriale permet d’observer certaines tendances et de dégager des pistes de travail, poursuit Tatiana Heinz. Par exemple, seulement 20% des entreprises connaissent ou ont entendu parler du bénévolat de compétences. Le territoire et ses acteurs représentent donc un haut potentiel d’engagement. La coopération est encore naissante, elle a besoin d’être mise encore plus en avant

Pour Bruno Decherf, président de l’association Ethap (Emploi des travailleurs handicapés en ateliers protégés), installée à Guesnain, l’expérience fut concluante. «Nous sommes une entreprise composée de 48 personnes, dont 33 en situation de handicap. Nous travaillons dans les secteurs de la chaîne graphique, du recyclage, des espaces verts et du bâtiment. Nous avons souhaité développer un programme d’embauche de personnes en fin de RSA, mais nous manquons en interne de ressources en juridique, en finance et en marketing.» C’est là qu’intervient Pro Bono Lab. «Nous commençons par sécuriser les fonctions vitales de l’entreprise, explique Ségolène Brunel, directrice Hauts-de-France de Pro Bono Lab. La Fondation du Nord s’est dite prête à accompagner le projet

Faciliter et organiser des rencontres

Pro Bono Lab se charge alors de trouver les compétences nécessaires à la réalisation du programme. «Nous faisons en sorte que les ressources du partenaire soit mobilisables et à disposition de l’association.» Débuté en décembre, le partenariat va se poursuivre cette année. «L’action qui s’est matérialisée par une journée marathon au cours de laquelle de nombreux experts se sont rencontrés va pouvoir être renouvelée. Grâce au soutien de la Fondation du Nord, l’accompagnement peut se prolonger jusqu’à six mois.» Il est notamment question d’élaborer une stratégie de communication via un partenariat.

Pour Frédéric Motte, président du MEDEF Hauts-de-France, agir ensemble permet de croître de manière responsable.

Frédéric Motte, président du MEDEF Hauts-de-France, se dit convaincu par une telle mise en relation de compétences. «Le défi numéro 1 de nos entreprises, c’est d’être pérennes, d’avoir des carnets de commandes remplis, mais surtout d’avoir des hommes et des femmes, autrement dire faire en sorte que nos talents s’épanouissent. Je suis intimement convaincu par l’importance de travailler ensemble et de créer du lien sur un même territoire. Dans la région, il y a une véritable dynamique, bien ancrée. Agir ensemble permet de croître de manière responsable.»

  1. L’étude est consultable sur le site de Pro Bono Lab (https://probonolab.org/sites/default/files/publications/Etude%20territoriale%20Hauts-de-France.pdf)


Pro Bono Lab
– 4 antennes régionales
– 3 cofondateurs
– 12 administrateurs
– 22 salariés permanents
– 50 consultants Pro Bono dans toute la France
– 80 entreprises et partenaires
– 400 organisations à finalité sociale accompagnées, soit près de 5 000 volontaires

Ethap
Association créée en 1988 et basée à Guesnain
Effectif : 48 personnes
Chiffre d’affaires : 3,6 millions d’euros