Leader sur le marché

Chicorée Leroux donne du goût depuis 1858

Chicorée Leroux, fondée en 1858 par Jean-Baptiste Alphonse Leroux, emploie 130 salariés et est leader sur le marché de la chicorée à boisson. Sa sécherie de Vieille-Eglise est implantée depuis 1968 et emploie six personnes. Elle est dirigée depuis 2017 par Thibaut Minne ayant pris la succession de M. André appelé à la direction du site d’Orchies.

353
60 000 tonnes de racines de chicorées sont traitées chaque année.

Thibaut Minne, trentenaire, est issu d’une formation d’ingénieur agricole/agronome. Il gère les relations avec les planteurs et est l’interlocuteur unique. Il explique les valeurs de l’entreprise : «la proximité, un produit local, sain, naturel, ayant subi peu de transformation, sans ajouts et générant du bien-être, une relation proche des collaborateurs, un esprit à travers lequel les gens se sentent bien». Son ambition est d’apporter la chicorée dans les habitudes du plus grand nombre, développer des produits, innover, rester proche des consommateurs afin que perdure la fidélité en la marque Leroux, reconnue entre autres pour son esprit novateur en matière de marketing. L’entreprise Leroux représente 30 millions d’euros de chiffre d’affaires. Elle mène des actions d’insertion comme un atelier de conditionnement en ESAT en direction de travailleurs autistes sur le site d’Orchies, et œuvre pour la biodiversité à travers la réimplantation des abeilles sur le terroir.

Un processus de transformation étudié

Chaque année, 60 000 tonnes de racines sont traitées. Le produit est cultivé dans les Haut-de-France, essentiellement entre le cap Blanc-Nez et la frontière belge (60%), dans la Somme (20%) et à Orchies (20%). Près 200 planteurs collaborent avec l’entreprise, dont 90% à travers une agriculture conventionnelle et 10% une agriculture bio. La saison de séchage dure environ deux mois et fait appel à des saisonniers locaux : 55 personnes, situés dans un rayon de 15 km autour de Vieille-Eglise. Suite à la réception de la racine se succèdent les étapes de lavage, de découpe en lamelles, de séchage en four de déshydratation. Les cossettes obtenues sont conservées sur place et livrées tout au long de l’année à l’usine d’Orchies pour la transformation en produits finis. La torréfaction intervient alors, suivie par le concassage afin d’obtenir des grains, puis le criblage (calibrage à un format homogène) et le conditionnement en sachet. Le circuit de distribution est axé sur la grande distribution et les magasins bio. Le produit traditionnel est un paquet de grains à mélanger avec le café, mais les produits solubles remportent un vif succès. Les propositions se sont diversifiées au fil du temps : la chicorée liquide est adaptée à l’élaboration de recettes pâtissières ou de sauces. Des sticks, en doses unitaires, s’adaptent aux compositions familiales. Des infusions sont également proposées. Une gamme de biscuits salés ou sucrés bio complète le tout. L’entreprise fait appel régulièrement à des grands chefs afin d’élaborer des recettes à base de chicorée, proposées par la suite sur le site internet de l’entreprise.