Nouveau pôle Arts et Métiers à l’Université des compagnons du Tour de France

Avec la construction d’un bâtiment ultra-moderne dans le prolongement des salles d’études et ateliers existants, l’Université des Compagnons Hauts-de-France dispose désormais d’un pôle
« Arts et métiers » unique en France. Opérationnel depuis septembre 2018, ce bâtiment flambant neuf a été inauguré officiellement dernièrement en présence d’amis et de nombreuses personnalités du territoire.

399

Avec la construction d’un bâtiment ultra-moderne dans le prolongement des salles d’études et ateliers existants, l’Université des Compagnons Hauts-de-France, située à Arras, dispose désormais d’un pôle «Arts et métiers» unique en France. Opérationnel depuis septembre 2018, le bâtiment a été inauguré officiellement dernièrement en présence de nombreuses personnalités du territoire. Le pôle Arts et Métiers sera dédié au partage des cultures grâce notamment à son amphithéâtre de 300 places et à un plateau rev3 destiné à la troisième révolution industrielle. Le bâtiment abrite également un restaurant et un espace d’hébergement de 28 lits. S’ils sont avant tout destinés aux manifestations proposées par les compagnons (conférences, séminaires, projection de films, spectacles divers, etc.), les espaces du nouvel ensemble ont été conçus pour accueillir les rencontres professionnelles et festives d’acteurs de la cité : collectivités, entreprises, associations. L’ouverture vers l’extérieur est également de mise au deuxième pôle de l’Université, «Compagnons et Maîtres d’œuvre», situé rue Ernestale, au cœur d’Arras. On peut y découvrir le musée du Compagnonnage et les ateliers hebdomadaires de découverte des métiers. Une partie des locaux peut aussi être mise à disposition pour l’organisation de conférences. Avec ces deux pôles tournés vers l’innovation, l’Université des compagnons d’Arras constitue un maillon essentiel (169 000 heures de formation dispensées en 2018) du mouvement compagnonnique, inscrit au patrimoine culturel et immatériel de l’Unesco pour l’originalité de ses méthodes de transmission des savoirs et pour son enseignement de l’art du tracé dans la charpente française.