Week-end Outre-Manche

Londres, capitale culturelle

Si Londres sécrète un inaltérable pouvoir d’attraction où l’amoureux de cette cité cosmopolite n’en finit plus de découvrir ses trésors cachés, il ne faut pas oublier qu’elle recèle quelques-uns des plus grands musées européens offrant de superbes expositions. Soit l’occasion de traverser la Manche pour conjuguer culture et shopping. Visite express pour un week-end unique.

298
© Fundación Museo Sorolla, Madrid

Van Gogh

© RMN-Musée d’Orsay

La Tate Britain consacre une importante exposition sur la relation qu’entretint Vincent van Gogh avec la Grande-Bretagne. Soit la première consacrée à cet aspect dans l’œuvre de Van Gogh (1853-1890) qui séjourna maintes fois à Londres entre 1873 et 1876. Elle met notamment en lumière la façon dont il s’inspira de l’art, de la littérature et de la culture britanniques tout au long de sa carrière, et inversement, l’influence qu’il a pu avoir sur des générations d’artistes britanniques, de Walter Sickert à Francis Bacon. Rassemblant le nombre le plus important de peintures de Van Gogh exposées au Royaume-Uni depuis près d’une décennie, elle rassemble plus de 45 œuvres en provenance de collections publiques et privées du monde entier, parmi lesquelles Nuit étoilée sur le Rhône, 1888 (photo).

Jusqu’au 11 août à la Tate Britain, Millbank, London SW1P 4RG. Renseignements et réservations au 00 44 20 7887 8888 ou sur www.tate.org.uk

Stanley Kubrick

© Design Museum

Commémorant le 20e anniversaire de la disparition de Stanley Kubrick, le Design Museum accueille l’exposition “Kubrick : The Exhibition” élaborée par le Deutsches Film Institut en 2004. Au long de nombreuses salles projetant des extraits de ses films, le public découvre ainsi accessoires, costumes, scripts, affiches ou photographies emblématiques de son univers cinématographique. Visionnaire et révolutionnaire, Stanley Kubrick imaginait son œuvre comme un terrain d’innovation technologique. Ainsi, dès 1968, l’ancêtre de la tablette figure dans 2001 Odyssée de l’espace, fruit d’une collaboration avec des ingénieurs d’IBM. Pour Barry Lyndon, il travailla avec la NASA pour concevoir une lentille photosensible lui permettant de tourner des scènes du film éclairées seulement à la bougie. Une plongée vertigineuse dans l’univers d’un génie du 7e art.

Exposition jusqu’au 15 septembre au Design Museum London, 28 Shad Thames, London SE1 2YD. Réservations sur www.designmuseum.org

Dorothea Tanning

Eine Kleine Nachtmusik,1943, Oil paint on canvas, 407×610 mm © Tate-DACS, 2018

Cette première grande rétrospective consacrée à la peintre surréaliste américaine rassemble 100 œuvres – peinture, dessins, décors et costumes de ballets, sculptures… – à découvrir au long de huit «chambres» parcourant sept décennies de carrière. Née en Illinois, Dorothea Tanning (1910-2012) étudie quelques temps à l’Academy of Art de Chicago, puis s’installe en 1936 à New York où elle gagne sa vie en illustrant des magazines de mode. La même année, elle visite l’exposition «Fantastic Art, Dada, Surrealism» au MoMA et c’est un choc artistique. Dès lors, elle n’aura de cesse de créer une œuvre onirique, kaléidoscopique et labyrinthique – «Les portes, pour moi, sont des miroirs» dira-t-elle –, explorant les profondeurs du subconscient, à l’image de Birthday, fascinant autoportrait qui attira l’attention de son talentueux futur époux, Max Ernst.

Exposition jusqu’au 9 juin à la Tate Modern, Bankside London SE1 9TG. Réservations sur www.tate.org.uk

Joaquin Sorolla

Joaquín Sorolla, Strolling along the Seashore, 1909. Oil on canvas, 205×200 cm © Fundación Museo Sorolla, Madrid

Plus d’un siècle après la dernière exposition londonienne consacrée à Joaquín Sorolla y Bastida (1863-1923), la National Gallery présente plus de 60 œuvres au sein de l’exposition “Sorolla; Spanish Master of Light”. Originaire de Valence, Sorolla s’inscrit dans la prestigieuse lignée de maîtres espagnols, comme Goya ou Velasquez, dont il étudia avec passion les œuvres au musée du Prado de Madrid. Reconnu pour ses peintures impressionnistes, particulièrement pour ses paysages marins, scènes de baignades ou vues de jardins, il s’affirme d’abord comme un génie de la lumière à l’image de Afternoon at the beach in Valencia (1904). Cependant, l’exposition donne aussi à voir des portraits moins connus ou des scènes de la vie quotidienne espagnole. Soit l’opportunité rare de (re)découvrir des peintures couvrant la totalité de la carrière de l’artiste espagnol.

Exposition jusqu’au 7 juillet à la National Gallery, Trafalgar Square, London WC2N 5DN. Renseignements et réservations au 00 44 20 7747 2885 ou sur www.nationalgallery.org.uk

Dale Chihuly

© Royal Botanic Gardens, Kew, London

14 ans après sa dernière exposition européenne, le maître verrier américain présente une superbe exposition, Reflections on Nature, en parfaite osmose avec les célèbres jardins de Kew Gardens transformés en galerie d’art. Trente-deux œuvres créées au cours de cinquante années de carrière, qui fleurissent au cœur des jardins royaux ou dans les espaces intérieurs. Parmi elles, la Temperate House Persians (photo) qui culmine à 19 mètres et surplombe 10 000 plantes. Suspendue au plafond de la serre tout juste rénovée, elle fascine par sa beauté majestueuse. Amoureux de la nature et amateurs d’art pourront donc flâner afin de contempler les tiges du Turquoise Marlins and Floats ou observer, non loin du lac Palm House, les Niijima Floats, des boules de verre pouvant peser jusqu’à 60 kilos.

Exposition jusqu’au 27 octobre à Kew Gardens, Richmond TW9 3AB. Réservations sur www.kew.org/kew-gardens

Mary Quant

© John French – Victoria and Albert Museum

Cette exposition dédiée à la couturière anglaise dévoile comment la designer a révolutionné la mode en Angleterre à partir du milieu des années 1950. A travers 200 vêtements et accessoires, dont des pièces inédites provenant des archives personnelles de l’artiste, le public contemple les 20 premières années de la carrière de cette personnalité incontournable des « Swinging Sixties ». De 1955 lorsqu’elle a ouvert sa célèbre boutique Bazaar dans le quartier de Chelsea alors en pleine ébullition – fréquentée au fil des années par Audrey Hepburn, les Beatles ou les Rolling Stones… –, à 1975 au moment où elle a réussi à établir un empire mondial de la mode. Si son titre de créatrice de la minijupe a fait l’objet de controverses, sa personnalité singulière et son style si reconnaissable ont contribué à faire d’elle l’une des créatrices de mode les plus célèbres du Royaume-Uni.

Exposition jusqu’au 16 février 2020 au Victoria and Albert Museum, Cromwell Road. London SW7 2RL. Renseignements et réservations au 00 44 20 7907 7073 ou sur www.vam.ac.uk/exhibitions

Crowne Plaza Albert Embankment

Situé à proximité du palais et de l’abbaye de Westminster, ce magnifique hôtel se trouve à quelques encablures de Big Ben et du London Eye. Construit dans un style architectural élégant, l’établissement comprend 142 chambres luxueuses dont certaines offrent une superbe vue sur la Tamise. Outre une salle de sport, l’hôtel dispose de deux restaurants : le bar-restaurant américain POTUS dont la carte conjugue classicisme et raffinement, et le restaurant Mezemiso, qui sert une cuisine fusion mêlant saveurs japonaises et libanaises sur le toit-terrasse avec vue imprenable sur Londres ! Durant votre séjour, vous pourrez utiliser le centre d’affaires de l’hôtel ou participer à une visite touristique organisée par le bureau d’excursions. L’endroit idoine pour se ressourcer lors d’un week-end foisonnant !

Crowne Plaza Albert Embankment. 10-11 Albert Embankment, Lambeth, London SE1 7SP. Réservations au 00 44 20 3146 0370 ou sur www.crowneplazalondonalbertembankment.co.uk