Pépinière d’entreprises du Pays de Saint-Omer

Un concours pour favoriser la création d’entreprises

À Saint-Omer, le chômage recule plus vite qu’ailleurs dans la région, mais la création d’entreprise peine à décoller. Forte de ce constat, la Pépinière d’entreprises du Pays de Saint-Omer (PEPSO) lance un concours pour encourager ceux qui hésiteraient encore à devenir dirigeants d’entreprise…

347

Ce concours porte à encourager les porteurs de projet du territoire à développer leurs idées et à aller vers la création grâce à des dotations d’un montant de 40 000 euros au total. «On a tendance à voir une baisse des créations d’entreprise ces dernières années, affirme Sabrina Smati, directrice de la PEPSO. On a besoin de créer un climat qui incite des personnes à créer leur activité, d’actions comme celle-ci, qui visent à sensibiliser des jeunes, des demandeurs d’emploi, des salariés à créer leur propre activité.»

Par ailleurs, outre ces dotations financières, les différents partenaires et sponsors de l’événement – banques, cabinets comptables, juridiques, etc. – assureront une dotation technique aux lauréats avec des avantages divers (suivi juridique, comptable, location de matériel informatique…). Au nombre des avantages non chiffrés : la confiance que le dirigeant pourra accumuler. D’abord la confiance en soi, mais aussi la confiance de ses pairs ou de potentiels investisseurs et partenaires : «Ça peut être un effet de levier pour aller chercher d’autres financements,explique la directrice de la PEPSO. Ça apporte une certaine crédibilité quand un jury composé de professionnels vous dit qu’il croit à votre projet. C’est aussi toute la communication qui sera autour du projet : mettre en lumière les projets lauréats est une chose très importante.»

Sabrina Smati, directrice de la PEPSO : « On a besoin de créer un climat qui incite des personnes à créer leur activité. »

L’Audomarois veut favoriser l’entreprenariat

Sur le territoire de Saint-Omer, le chômage a reculé de près de 20% en quatre ans. Dans le même temps, on peut observer que l’on crée moins d’entreprises que sur d’autres territoires. «On peut expliquer cela par la structure de notre économie au plan local, explique François Decoster, président de la CAPSO. Mais on a inscrit dans notre stratégie de développement économique cet objectif de pouvoir favoriser la création d’entreprise, avec notamment un parcours de l’entrepreneur plus fluide.» Exemple de poids avancé par l’édile : la MDÉ, qui regroupe 17 acteurs du développement économique. «Il faut donner envie aux jeunes et aux moins jeunes de pouvoir créer leur propre entreprise, aller au bout d’un projet qui est peut-être resté au fond des tiroirs», poursuit l’élu. 

François Decoster, président de la CAPSO : « Il faut donner envie aux jeunes et aux moins jeunes de pouvoir créer leur propre entreprise. »

Trois catégories 

Le concours est divisé en trois catégories. D’une part, la catégorie « émergence », dans le cas d’une entreprise nouvellement créée. Cette catégorie verra quatre projets primés, pour une dotation de 4 000€ pour chaque projet. Deuxième type de projet : la catégorie « primo-développement », pour les entreprises de moins de 36 mois qui présentent un produit ou un service innovant. Ce projet recevra une dotation de 6 000€.

Enfin, la catégorie « étudiant », pour un étudiant post-bac sur le territoire de la CAPSO. Ici, six projets seront primés pour une dotation de 1 500€. «On l’a vu pendant dix ans à la pépinière, on a toutes les typologies de créateurs d’entreprise, complète Sabrina Smati. Ce sont à la fois des personnes qui créent leur emploi, mais aussi des cadres dans de grosses entreprises qui ont développé leur activité sur le territoire et qui ont créé de l’emploi.» D’où la nécessité d’ouvrir le concours au plus grand nombre de profils possible…