Coupe du Monde féminine

Valenciennes mise sur le Mondial

Valenciennes a été choisie pour accueillir six rencontres de la Coupe du monde féminine de la Fifa, qui aura lieu du 7 juin au 7 juillet. La ville se prépare à l’arrivée des touristes et se réjouit d’avance des retombées économiques de l’événement.

C’est la plus petite des villes hôtes de la compétition, c’est pourtant celle qui compte le plus de réservations après Lyon. Valenciennes a été retenue par la Fifa pour accueillir, au stade du Hainaut, six rencontres de la Coupe du monde féminine de football. Et pas des moindres (voir ci-dessous) !

Peu d’intérimaires

Pendant un mois entier, la Métropole va vivre au rythme du Mondial. Une grande partie de la population sera mobilisée pour participer à son déroulement. Laurent Degallaix, président de Valenciennes Métropole, assure avoir fait le maximum pour faire travailler les prestataires locaux en vue des matchs. «Malheureusement, dans le cadre de ce genre d’événement planétaire, nous ne sommes plus les maîtres du jeu. Le stade est confié à la Fifa qui doit suivre un cahier des charges très strict. Elle fait donc travailler ses propres partenaires pour les traiteurs et la sécurité», regrette-t-il. Seule une trentaine de Valenciennois ont été recrutés par l’agence d’intérim Proman pour assurer l’accueil dans les stades les soirs de match. La Métropole garde tout de même la liberté d’organiser des animations en ville. Une cinquantaine de personnes du territoire seront réquisitionnées pour encadrer le «Village Coupe du monde», qui sera installé sur la place d’Armes les week-ends de rencontre. «Le but est de mettre les Valenciennois et les touristes dans l’ambiance. Il y aura, entre autres, des jeux concours et des stands pour se faire maquiller avant les matchs», continue Laurent Degallaix. En tout, 200 bénévoles seront à pied d’œuvre au long des quatre semaines de compétition. «Les Valenciennois sont très volontaires car c’est une expérience unique. Les passionnés ont l’occasion de vivre le Mondial de l’intérieur.»

Hôtels et restaurants sur le qui-vive

Les grands gagnants, économiquement parlant, sont en réalité les hôtels. Pour certains soirs de juin, beaucoup d’établissements du Valenciennois affichent déjà complet. Ils seront en partie remplis par les touristes, «mais aussi et surtout par le staff et les journalistes internationaux», explique Monique Dessenis, directrice de l’hôtel Mercure, situé à deux pas de la place d’Armes. Rien que pour héberger l’équipe administrative, la Fifa lui a réservé quelque 1 300 nuits.

À peine ouvert, le Royal Hainaut Spa & Resort Hotel a également été sollicité par la Fifa pour héberger les joueuses. Entre les cabines de soin et les restaurants qui se trouvent sur place, elles auront le confort nécessaire pour assurer sur le terrain. «Des sponsors se renseignent également pour organiser des événements dans nos salles de réception. Quant aux touristes, il est encore trop tôt pour estimer le nombre d’arrivants», répond avec réserve André Grosperrin, directeur de l’hôtel. Des chiffres, Laurent Degallaix n’a pas peur d’en donner. «La Fifa nous donne des statistiques très précises sur le nombre de billets réservés et par quelle nationalité», explique-t-il. Ainsi, Valenciennes se prépare à accueillir 85 000 touristes étrangers, dont 17 000 Néerlandais et 15 000 Allemands. «Le match Pays-Bas – Cameroun affiche déjà complet, Allemagne – Espagne le sera aussi bientôt.» Cet engouement s’explique par la renommée des équipes qui joueront au stade du Hainaut, mais aussi par la proximité de la ville par rapport aux pays en lice : les Néerlandais et les Allemands pourront se rendre sur place en moins de trois heures.

Les bars et restaurants du centre-ville de Valenciennes devront alors se tenir prêts. Certaines rencontres, comme Australie – Italie, auront lieu en plein après-midi. Les supporters chercheront alors à se restaurer avant les matchs, puis à fêter les victoires en début de soirée. «Ça va demander beaucoup d’organisation. Il ne faudra pas faire du chacun-pour-soi, mais fonctionner en équipe et envoyer les clients dans des bars voisins quand il n’y aura plus de place», prévoit déjà Nadys Pouget, serveur à la brasserie Le Président, située à côté du centre commercial Cœur de Ville.

Un événement «vitrine»

En parallèle, l’Office de tourisme compte faire un gros travail pour inciter les touristes à découvrir la ville, notamment à partir de la distribution de flyers. «Ce ne sera pas seulement pour visiter la ville de Valenciennes, mais aussi pour faire un tour dans les environs, comme à la base de loisirs de Chabaud-Latour par exemple», précise Laurent Degallaix. En effet, le président de Valenciennes Métropole mise tout sur le tourisme. Selon lui, la retransmission télévisée du Mondial sur TF1, TMC et Canal+ servira de vitrine. «Ce sera l’occasion de faire découvrir Valenciennes à un milliard de téléspectateurs. Généralement, il y a des présentations vidéo de la ville hôte pour introduire le match, ça va donner envie à beaucoup de monde de venir.»

Les matchs à Valenciennes

  • 9 juin à 13h : Australie-Italie
  • 12 juin à 18h : Allemagne-Espagne
  • 15 juin à 18h : Pays-Bas – Cameroun
  • 18 juin à 21h : Italie-Brésil
  • 23 juin à 17h30 : 8e de finale
  • 29 juin à 15h : 1/4 de finale

Les autres villes hôtes

  • Montpellier
  • Nice
  • Paris
  • Lyon
  • Reims
  • Le Havre
  • Grenoble
  • Rennes