Plateforme logistique «e-Valley» dans le Cambrésis

BA 103 : obtention du permis de construire pour une première tranche

Sur les pistes de l’ancienne base aérienne 103, les terrassements et VRD devraient démarrer en septembre. Quatre premiers entrepôts seraient édifiés. Livraison prévue au cours du deuxième semestre 2020.

205
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

David Taïeb, le PDG de BT Immo Group, s’intéresse au site de l’ancienne BA 103 depuis l’été 2013 au moins… Rappelons que l’Etat avait annoncé la fermeture du site militaire en juillet 2008. S’il reconnaît que les lenteurs administratives lui ont fait perdre des clients – «j’espérais un démarrage du chantier il y a deux ans», rappelle-t-il –, l’investisseur considère que son projet tourné vers la logistique et le e-commerce tient toujours la route.  «Les loyers, c’est une chose. Les entreprises veulent maintenant trouver à proximité des entrepôts tous les services et facilités dont elles ont besoin. Un écosystème, comme on dit. Notre pari tient toujours, même si nous avons moins d’avance qu’il y a cinq ans», dit-il.

Parc à thème

Le projet vise à regrouper dans le périmètre de l’ex-base aérienne, des donneurs d’ordre, des sous-traitants, des start-up, de la formation, une agence Pôle emploi, une antenne de l’université… L’expression «parc à thème» – pour entreprises donc – a été employée pour ce projet qui a toujours l’ambition d’être le plus grand d’Europe. De l’hôtellerie, de la restauration, des magasins d’usine sont prévus, et on imagine sans peine que le parc se voudra au top des nouvelles technologies. Ainsi, un espace dédié aux drones est par exemple prévu. Où en est-on ? Le 24 mai, lors d’un point, David Taïeb a expliqué que les délais de recours (deux mois) concernant le permis de construire de la première tranche étaient épuisés depuis avril. Officiellement donc, le permis est accordé, après plus d’un an d’instruction. En parallèle, l’autorisation préfectorale d’exploitation au titre des ICPE (installations classées pour la protection de l’environnement) a aussi, apparemment, suivi son cours.

Selon le PDG de BT Immo Group, la première pierre devrait être posée en septembre. La cérémonie constituera le coup d’envoi des travaux de terrassement et de VRD pour l’ensemble de la zone. Un premier rond-point est envisagé côté route de Douai.

Premiers clients annoncés

Dans un premier temps, 240 000 m2 (les bâtiments A, B, C et D, côté Sancourt, sur les anciennes pistes) seraient édifiés. Livraison prévue pour le deuxième semestre 2020. En tout, les pistes devraient accueillir, si tout se passe bien, huit bâtiments à louer, représentant 550 000 m2.

Devant l’ancien mess de la BA 103, David Taïeb, l’investisseur, montre ce qui va être construit en premier : quatre entrepôts. Le démarrage du terrassement et des VRD est prévu en septembre.

La lenteur du dossier a bien sûr gêné la commercialisation. Fin mai, M. Taïeb indiquait que 69 000 m2 avaient fait l’objet d’engagements fermes et qu’une société de briquets en était au stade de l’option. «Quand 50% des bâtiments sont commercialisés, on peut lancer leur construction», précise-t-il. Domaines concernés : le sportwear et l’industrie pharmaceutique.  

Un site surveillé mais vieillissant

En attendant le démarrage des travaux, il ne se passe pas grand-chose sur ce site bien surveillé. Pour l’instant, les 320 m2 appartiendraient toujours aux collectivités. Le PDG de BT Immo Group rappelle, de son côté, que c’est l’unanimité des élus sur ce dossier qui l’avait amené aussi à patienter. Les fouilles archéologiques imposées par la loi ne sont pas terminées. Dans l’enceinte militaire, tout ne sera pas conservé. David Taïeb estime aujourd’hui que certains bâtiments sont trop dégradés. L’ancien mess et la chapelle seraient gardés. On évoque l’installation de data centers dans les «demi-lunes» qui servaient à abriter les avions.

200 premiers emplois annoncés

Les documents commerciaux annoncent toujours la création à terme de 1 300 emplois. Pour l’instant, la commercialisation en représenterait 200. Les élus ont gardé en tête les 1 500 emplois directs générés autrefois par la BA 103. Seront-ils compensés ? Le succès du projet et les entrepreneurs intéressés par le site en décideront. Ce projet de «parc e-logistique» affiche toujours un potentiel de 700 000 m2 d’entrepôts.