Santé

Boiron dans la tourmente

Le 28 juin, la Haute autorité de santé (HAS) donnera son avis définitif sur la pertinence du remboursement de l’homéopathie. 1300 emplois sont en jeu dans les laboratoires homéopathiques en France, dont 1000 pour Boiron.

346

Depuis le début de la crise, les salariés du site nordiste de Boiron se sont mobilisés : rencontres avec la population dans les centres commerciaux pour signer la pétition MonHomeoMonChoix.fr (près d’un million de signatures), échanges avec des élus (soutien du président de Région Xavier Bertrand et du sénateur du Pas-de-Calais Benoit Potterie). «Nous avons aussi le soutien d’associations de patients et de médecins comme Safemed ou AHP France.» souligne Fabienne Courtray, docteur en pharmacie et directrice adjointe du site de Villeneuve d’Ascq, le plus grand des 28 sites de Boiron en région, en-dehors du siège social de Lyon.

Un site régional flambant neuf

Le paradoxe de cette crise est que dans le même temps, le site de Villeneuve d’Ascq vient tout juste d’être inauguré. Il y a 18 mois, les deux structures nordistes de Lambersart et Villeneuve d’Ascq ont fusionné, et de nouveaux bâtiments ont été construits sur le Parc de la Haute-Borne, pour un investissement de 6 millions d’euros. Au printemps 2019, les deux équipes réunies, soit 90 salariés, ont ainsi pris leurs quartiers, avec une visite de la directrice France Anabelle Flory Boiron le 22 mai dernier. Le site de 2500 m2 pèse aujourd’hui 25 millions d’euros de chiffre d’affaires, sur les 617 millions du groupe. Son laboratoire répond à 2 300 commandes par jour, provenant de 1 600 pharmacies de la région. 80% de son activité consiste à fabriquer des médicaments homéopathiques sur mesure (ampoules buvables, poudres, doses, gouttes, granules …).

Fabrication de gouttes homéopathiques

Impact social de la crise

Depuis janvier et l’enquête de la HAS, le groupe a vu son chiffre d’affaires baisser de 10%. En cas de non remboursement de l’homéopathie, mille emplois sont en jeu chez Boiron sur les 3 600, et 300 chez les autres groupes homéopathiques Weleda et Lehning. Mais l’impact de la crise est plus large comme l’explique Jean-François Dicque, pharmacien et directeur du site nordiste : «Cela impacterait également les 2 500 partenaires nationaux avec qui le groupe travaille : grossistes, répartiteurs, société de nettoyage, transporteur, ESAT … Il y a une grande inquiétude de nos équipes et de nos partenaires.» En revanche, le site de Villeneuve d’Ascq ne devrait pas être inquiété socialement. Bien au contraire, grâce aux nouveaux locaux, il pourrait accueillir demain du personnel d’autres sites qui pourraient éventuellement fermer. Dans son avis provisoire, adopté mi-mai, la HAS prônait l’arrêt du remboursement de ces produits, en l’absence d’efficacité prouvée. L’audition du 12 juin a permis à trois experts médecins, mandatés par les laboratoires homéopathiques, de défendre le dossier auprès de l’organisme public. Après son verdict définitif le 28 juin, c’est le gouvernement qui devra trancher.