Dispositif Émergence d’Aréli

Des entreprises engagées auprès d’étudiants méritants

Donner un coup de pouce à de jeunes talents issus de milieu modeste, c’est la mission du programme Émergence développé par Aréli, bailleur social associatif, et ses différents partenaires issus du secteur industriel, des collectivités, des entreprises et des grandes écoles.

324

Pour accentuer son action en faveur de l’insertion et de l’égalité des chances, Aréli a créé en 2002 le programme Émergence. «L’idée est d’accompagner humainement et financièrement de jeunes étudiants issus de milieux modestes dans un projet d’études supérieures», indique Tiphaine Duquesnes, manager du programme. Et ainsi favoriser l’ascension sociale et professionnelle.

De gauche à droite : Fabrice Lisardi, DRH France chez Decathlon, Tiphaine Duquesnes, manager du programme, et  Alexandre Bensaada, ancien lauréat.

50 nouveaux lauréats ont rejoint le dispositif cette année. Chaque année, ce sont 30 à 50 jeunes bacheliers issus des métropoles lilloise et dunkerquoise qui rejoignent Émergence. «Ils doivent obtenir une mention au bac et être boursiers, poursuit la manager du programme. Nous allons les accompagner pendant toute la durée de leurs études, mais aussi partager avec eux des valeurs communes comme l’engagement dans des actions citoyennes

Coup de pouce et parrainage

L’accompagnement est à la fois financier et humain. Des bourses, qui varient de 1 000 à 6 000 euros par an, sont versées en trois fois. Les jeunes s’engagent à remplir un carnet d’activité dans lequel ils reportent les rencontres collectives ou individuelles effectuées. «Chaque lauréat est parrainé par un tuteur, un jeune expérimenté qui est en année supérieure. Ainsi, ils peuvent échanger sur des questions qui les concernent directement comme la prise de notes.» Mais il est aussi parrainé par un cadre en entreprise, qui soutient financièrement le programme.

Lancé il y a cinq ans sous cette forme, le programme a accompagné plus de 700 jeunes depuis ses débuts en 2002. «Plus de la moitié des diplômés sont aujourd’hui en poste ; 250 sont en cours d’études dans des filières très différentes, en art, médecine ou école d’ingénieurs

Mécénat et relation humaine

Une cinquantaine d’entreprises sont partenaires. «Pour nous, c’est naturel, partage Fabrice Lisardi, DRH France chez Decathlon. Depuis la création de Decathlon, nous sommes engagés dans la transmission et le partage, notamment autour de la mixité sociale et scolaire.» L’entreprise a mobilisé 14 parrains. «Ce sont des leaders qui ont envie d’aider et d’accompagner des projets qui ont du sens pour eux.» Les relations de parrainage ne sont pas formalisées par une fiche technique. «Il s’agit d’une relation humaine avant tout, confie Alexandre Bensaada, ancien lauréat du programme, désormais salarié de Decathlon et nouveau parrain. La rencontre se fait autour de valeurs communes.» Lauréat en 2007, Alexandre Bensaada était à l’époque étudiant en classe préparatoire de commerce. «Au départ, le programme s’apparentait à une bourse d’études. En réalité, j’ai découvert qu’il s’agissait bien plus que cela. Les rendez-vous réguliers avec mon parrain m’ont permis de surmonter les difficultés rencontrées, de nourrir ma mise en action et de mieux appréhender le monde professionnel.» Aujourd’hui leader comptable pour le retail France, c’est tout naturellement qu’il a incité son service à soutenir financièrement le programme.

En plus de proposer un accompagnement humain avec conseils et découverte de l’environnement professionnel, l’entreprise partenaire accorde 20 000 euros pour un jeune sur cinq ans, soit 4 000 euros par année d’étude (1 600 euros après défiscalisation). De nombreuses entreprises s’engagent dans ce projet. Mais le dispositif a besoin de nouveaux partenaires pour accompagner au mieux des jeunes, toujours plus motivés. «Sept entreprises ont signé pour la prochaine promotion. Mais nous en cherchons d’autres pour pouvoir continuer à encourager 50 lauréats méritants», précise Tiphaine Duquesnes.