6e Université des entrepreneurs Hauts-de-France, le 4 juillet à Marcq-en-Baroeul

L’IA, moteur de la transformation économique ?

Parce qu’aujourd’hui, l’intelligence artificielle fait partie de notre quotidien et qu’elle va révolutionner les méthodes de travail et de management – tout en laissant une belle part à l’Humain –, la 6ème édition de l’Université des entrepreneurs Hauts-de-France aura pour thème : «Et l’Homme créa l’IA».

284

C’est un des derniers rendez-vous de la saison, juste avant la pause estivale. Depuis six ans maintenant, le Medef Hauts-de-France a initié son grand rendez-vous des entrepreneurs, rassemblant chaque année plus de 1 000 participants – dirigeants d’entreprise, porteurs de projet, étudiants, universitaires, élus… Alors qu’une importante délégation d’une soixantaine de personnes revient tout juste d’une learning expedition en Israël – les «rois» de l’intelligence artificielle (voir encadré) –, la journée du 4 juillet 2019 promet d’être aussi interactive que renouvelée dans son modèle. «Comme dans une entreprise, les modèles changent ! Notre auditoire est plus jeune, issu de la nouvelle économie, et recherche des formats plus courts et plus interactifs», explique Frédéric Motte, président du Medef Hauts-de-France, pour quelques semaines seulement puisque la nomination de son successeur aura lieu le 8 juillet prochain. Loin d’être une Université technique, réservée aux pros de l’intelligence artificielle, cette journée sera surtout collaborative. «Le sujet interpelle beaucoup. Nous ne serons pas sur des enjeux techniques mais sur les conséquences  de l’IA sur les modèles économiques. Comment les modèles humains, logistiques et économiques seront-ils chamboulés ?» poursuit-il. Transports, santé, finance, défense, industrie… tous les secteurs sont touchés par cette révolution que certains qualifient de quatrième révolution industrielle.

Un enjeu pour la formation des salariés

En 2018, plus de 1 000 participants sont venus à la 5e édition. Crédit photo Victor Mahieu

Dès 9h, l’ouverture de cette sixième Université s’articulera autour de l’IA et de ses enjeux, suivie d’une découverte de cinq work shops créatifs (de 9h30 à 11h), où chacun pourra écouter et s’inspirer. «Notre idée ? Que les gens se baladent d’un lieu à l’autre de façon informelle.» La conférence plénière «Et l’Homme créa l’IA» (de 11h30 à 12h30) recevra Marylise Léon, secrétaire générale adjointe de la CFDT ; Jean-Philippe Desbiolles, vice-président, IBM Cognitive Solution France ; et Grégory Renard, cofondateur, XBrain. De 14h à 15h45, plusieurs ateliers jalonneront l’après-midi : IA et communication, smart city, IA et éducation, IA et PME… Pour finir en beauté avec une nouveauté pour cette édition : le Tribunal des générations futures – «L’IA est-elle une imposture ?» –, en partenariat avec Usbek & Rica, avec à la barre, des avocats, un procureur, des témoins… qui se succéderont pour questionner sur ce vaste sujet.  Le jury (tiré au sort dans la salle) de ce Tribunal d’un nouveau genre assistera à un show aussi décalé qu’original. «Cette Université n’est pas celle du Medef mais bien de tous les entrepreneurs. C’est un temps fort de notre animation qui réunit à la fois des syndicalistes, des chercheurs, des élus, des étudiants… Le monde de l’entreprise ne gagnera pas tout seul», ajoute Frédéric Motte. Précurseur dans la déclinaison en région de ce rendez-vous organisé au niveau national, le Medef Hauts-de-France devrait une nouvelle fois faire salle comble avec près de 1 000 participants attendus.

L’Israël, pays de l’IA et des start-up

Du 15 au 18 juin, une délégation inédite d’une soixante d’acteurs du monde économique, universitaire, politique et institutionnel est partie en learning expedition à Tel Aviv. Le but ? Comprendre les clés du succès de l’économie de l’innovation : mode projet, technique de financements, dynamisme et collaborations entre chercheurs et entreprises… Mais aussi immersion chez Microsoft et Facebook, dans l’incubateur Technion, nourris d’échanges avec des start-up israëliennes ou des universitaires. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la création, en avril dernier, de la Cité de l’IA, initiée par le Medef Lille Métropole et qui veut renforcer les partenariats entreprises-universités, deux mondes qui ne se côtoient pas toujours.