La Banque Populaire du Nord fait le point sur son plan stratégique

Des résultats encourageants

La Banque Populaire du Nord a dévoilé un premier bilan de son plan stratégique 2018-2020. Avec une croissance établie en 2018 à 2%, l’établissement bancaire entend bien continuer à renforcer son développement.

142
Philippe Hourdain, président du conseil d'administration BPN, et Fabrice Bouvier, directeur général de BPN.

Malgré une conjoncture économique marquée par la baisse des marges d’intérêts et des commissions, la Banque Populaire du Nord (BPN) maintient le cap. «Nous avons réalisé une croissance d’un peu moins de 2% en 2018. Ça paraît peu, mais c’est une bonne performance, souligne David Queval, directeur financier. Nous pensons pouvoir confirmer la hausse cette année». Le conseil d’administration de la Banque Populaire du Nord a présenté, le 13 juin, un premier bilan de son plan stratégique, étendu de 2018 à 2020. «Nous avons cinq domaines de transformation : la politique client, l’organisation du réseau, les structures et process, la politique RH et la satisfaction des clients», présente Fabrice Bouvier, directeur général de la BPN. Le groupe peut se targuer d’avoir atteint 212 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018. «Nous avons accueilli 15 000 clients supplémentaires en 2018, majoritairement des particuliers.» Cette bonne santé lui permet de recruter 150 à 200 personnes chaque année pour renforcer son effectif actuel de 1 150 salariés. Par ailleurs, la BPN prévoit de doubler l’équipe de conseillers en gestion privée d’ici à la fin du plan 2020.

Des atouts en région

La BPN concentre ses activités sur la région et capitalise sur la gestion d’actifs et les fusions-acquisitions. Pour le directeur général, fermer des agences pour réaliser des économies est un non-sens : «Cela nous ferait perdre des clients.» Le groupe a ouvert de nombreuses antennes locales entre 2006 et 2012 sur tout le territoire. Malgré l’essor du digital sur les opérations courantes, le dirigeant reste convaincu de la nécessité des agences physiques : «La partie conseil reste en agence, il y a une demande.» BPN a lancé plusieurs innovations afin d’inclure davantage le digital dans ses services. Crédit digital pro, virement sur portable, application de gestion du compte… «Nous allons bientôt lancer un crédit immobilier sur Internet.» D’autre part, la progression des fonds propres de la banque réalisés ces dernières années a permis à la BPN de solidifier ses offres face à de plus gros clients. L’établissement a ainsi pu signer en 2018 un contrat de 20 millions d’euros de crédit avec une enseigne nordiste.

JPM, un levier à exploiter

Intégré au réseau BPN, le groupe Joire Pajot Martin regroupe deux marques : JPM Gestion d’actifs et JPM Banque privée. Leurs offres sont principalement destinées aux dirigeants d’entreprise. «Sur la gestion d’actifs, nous en sommes à 535 millions d’euros d’encours en 2018. Nous avons doublé nos résultats en trois ans», indique David Queval. La Banque privée, qui dispose déjà d’une agence à Lille et à Arras, devrait voir émerger une troisième prochainement à Valenciennes.