Le Centre hospitalier d’Arras

L’hôpital, un acteur économique majeur du territoire

La Communauté urbaine d’Arras (CUA) a accueilli dernièrement un colloque en présence de représentants du Groupe hospitalier Artois-Ternois (GHAT), de la CCI Hauts-de-France, de la Ville d’Arras et de la Fédération Hospitalière de France (FHF) Hauts-de-France. Ces partenaires ont mené une étude pour mesurer l’impact économique et social du Centre hospitalier d’Arras.

343
Intervention de Pascal Lachambre, président de la communauté urbaine d'Arras. ©CUA

Le Groupe hospitalier avec ses sites d’Arras, Bapaume et Saint-Pol-sur-Ternoise est le 1er employeur du territoire avec 2 612 collaborateurs. Lors du colloque organisé par la Communauté urbaine d’Arras (CUA) sur le thème «Dans quelle mesure l’hôpital est-il un acteur économique majeur de son territoire ?», les intervenants se sont appuyés sur les résultats d’une étude (dans un rayon de 16 km) qui estime l’impact à 120,3 M€ et 2 489 équivalents temps plein. Un établissement public de santé peut-il ainsi participer à la dynamique économique et sociale de son territoire ? Est-il lui-même un élément d’attractivité territoriale ? Réciproquement, l’attractivité d’un territoire contribue-t-elle à la réussite économique d’un établissement de santé ?

L’hôpital public, premier employeur du territoire

Dans les communes où ils sont implantés, les hôpitaux sont souvent le premier employeur local. À travers leur masse salariale qui se chiffre en dizaines de millions d’euros, ils contribuent de manière significative au dynamisme économique local. Leur impact économique ne se limite pas à cet aspect. Les hôpitaux sont de gros acheteurs et investisseurs dans un secteur où se concentrent de forts enjeux en matière de progrès technologique et de développement durable. Or, les hôpitaux restent majoritairement perçus comme des centres de soins, et leur rôle d’opérateur économique majeur n’est pas toujours perçu par la population, les élus et les acteurs économiques eux-mêmes. Au-delà des prestataires travaillant directement avec un établissement de santé, c’est toute l’économie locale qui bénéficie des retombées de l’activité hospitalière, que ce soit au travers du pouvoir d’achat distribué aux salariés, ou d’impacts induits. Ainsi, chaque euro dépensé par un établissement de santé sous forme de rémunération, d’achat ou d’investissement est dépensé à plusieurs reprises, générant un effet boule de neige sur l’économie, bien au-delà du secteur de la santé.

L’hôpital, force pour un territoire, et le territoire, force pour un hôpital

Au travers du colloque, la FHF Hauts-de-France, qui représente dans la région les forces vives des hôpitaux et établissements médico-sociaux publics, et promeut au quotidien la force, les valeurs et l’excellence de l’hôpital public, a souhaité rappeler cet impact économique et social essentiel dans les territoires, souvent négligé dans les réflexions autour du service public hospitalier. Il s’agit là d’une relation à double sens. Un patient qui fait confiance à l’hôpital public et s’y fait soigner, ce sont des retombées pour les commerçants. Réciproquement, une économie locale dynamique, ce sont plus d’habitants, donc potentiellement des patients qui se font soigner à l’hôpital local et contribuent à l’équilibre économique de l’établissement. À Arras, cette réalité est intégrée par les acteurs économiques, les organisations et les collectivités en charge du développement économique, de la dynamisation des espaces urbains et de d’attractivité territoriale. Par ailleurs, la diffusion du numérique et de l’intelligence artificielle en santé apporte de nouvelles opportunités de développement sur un territoire connecté tel que l’Arrageois. À l’heure où l’on se questionne sur le rôle du service public et des administrations, la réflexion proposée dans le cadre du colloque jette ainsi un regard nouveau sur l’hôpital public qui, au-delà de sa position de pilier du système de santé français, apparaît comme un opérateur économique central dans les territoires.