Assemblée générale de Calais promotion

2019, une année d’attente économique dans le Calaisis ? À travers l’assemblée générale de son agence de développement économique le 5 juillet dernier, on voit poindre les limites du développement par l’image. «Le travail de prospection de l’agence s’est concentré prioritairement sur le transport et la logistique. Il s’est inscrit dans un contexte plus favorable […]

255

2019, une année d’attente économique dans le Calaisis ? À travers l’assemblée générale de son agence de développement économique le 5 juillet dernier, on voit poindre les limites du développement par l’image. «Le travail de prospection de l’agence s’est concentré prioritairement sur le transport et la logistique. Il s’est inscrit dans un contexte plus favorable pour l’offre calaisienne, profitant de la baisse de la présence migratoire et de la pression médiatique sur ce sujet», indique Natacha Bouchart, présidente de l’association et maire de Calais. Malgré des ambitions toujours marquées sur ces secteurs, le territoire n’engrange que de faibles succès, hormis la venue de l’entreprise allemande Cargo Beamer qui met enfin en place son terminal d’autoroute ferroviaire. La vice-présidente de la Région avait obtenu une subvention de 2 millions d’euros en 2016. En pariant sur le marché difficile du conteneur, les risques étaient connus et la concurrence territoriale avec Dunkerque, avec qui Calais partage une problématique migratoire, ravivée.

Côté projets, Calais promotion en a suivi 213 en 2018, dont 127 nouveaux. Pour autant, les dossiers exogènes ne représentent pas plus de 20% du volume total traité. Sur le total, 52 ont été validés, dont près de la moitié dans le commerce et l’artisanat, 12% dans l’industrie, 11% dans le tertiaire et 11% dans la logistique, pour 274 contacts dont 37 prospects, 15 projets et 3 validations… Ces 52 projets clôturés forment un ensemble où les implantations ne représentent que 15% du total et 40% en création-reprise. L’autre moitié concerne le développement ou l’extension d’activités. Actuellement, 78 dossiers sont en attente chez Calais promotion. Les partenaires publics de l’agence la soutiennent avec 1,3 million d’euros de subvention, des locaux mis à disposition et 8 agents. Concernant le projet de parc d’attractions, Natacha Bouchart ne cache plus son scepticisme : «Ça reste encourageant, mais il n’y a pas d’aboutissement sur la réunion des fonds. En logistique, l’arrivée de Cargo Beamer va en déclencher d’autres.»