Au Cateau-Cambrésis : des parcours «Warrior Adventure»

Des installations uniques dans les Hauts-de-France

Ouverte au printemps, cette salle de 500 m2 attire familles, sportifs, seuls ou en équipe, amateurs de parcours «ninja», mais aussi des professionnels… Les gérants visent maintenant les entreprises.

146
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Le concept «Warrior Adventure» est une franchise. Au Cateau-Cambrésis, elle est exploitée par la SARL Orsmose, créée par David Blangis et sa compagne Karine Bossaert, les cogérants. À ce jour, c’est la seule salle du genre dans les Hauts-de-France. «L’histoire est simple, raconte David Blangis. En regardant Ninja Warrior sur TF1, il y a deux ans, on s’est dit : c’est génial, c’est de la compétition ludique, pourquoi ne pas en faire ici… Pour Karine, directrice technique aux services des sports de la ville et sportive, c’était l’occasion d’une belle reconversion et pour moi, celle d’une diversification.» David Blangis est issu d’une famille du Cateau à la fibre très entrepreneuriale. Il est par ailleurs directeur général du groupe CDE Blangis que dirige son père, Charles, et avec son épouse, il a relancé cette année L’Hostellerie du Marché, le restaurant mais aussi l’hôtel, qui peut être d’ailleurs associé au complexe. 

Le projet bien décidé, ils ont cherché des contacts et fait la connaissance des concepteurs de «Warrior Adventure». Un ancien local industriel loué a fourni un espace de 500 m2, comparable à celui d’une salle de sport. Puis ils ont investi dans les structures métalliques et équipements nécessaires pour créer les différents parcours. Enfin, ils ont profité des vacances scolaires d’avril pour ouvrir ces installations, les troisièmes du genre en province. «Un espace ‘mini-kids’ de 100 m2 a été ajouté pour les plus petits, sous la surveillance de leurs parents, précise David Blangis. Des parcours sont accessibles aux 7/14 ans et d’autres aux plus de 14 ans, sans limite d’âge. On accueille des seniors. On a embauché des éducateurs sportifs et moniteurs, l’équivalent de trois temps plein. À chacun maintenant de s’amuser, de s’entraîner, de repousser ses limites. Ici, c’est le poids du corps, la résistance, la force et l’agilité qui comptent. On peut, littéralement, faire comme les singes !»

Améliorer ses performances

Qui vient ? Au début, explique-t-il, la curiosité a été locale : clubs sportifs, écoles, centres aérés… Puis les médias locaux en ont parlé. Des pubs sont passées dans les cinémas de Valenciennes, Maubeuge et Douai. Il y a un site internet. Le bouche à oreille, ajoute-t-il, a aussi bien fonctionné. «On accueille des anniversaires, des enterrements de vie de garçon. Des personnes viennent maintenant des Hauts-de-France, de Belgique. La brigade d’intervention rapide, la gendarmerie, les pompiers sont intéressés. On a été référencé pour des qualifications au jeu de TF1.» Bref, David Blangis apparaît satisfait par ces premiers mois d’ouverture. À la rentrée, les deux cogérants envisagent de faire campagne auprès des entreprises à la recherche d’un lieu où travailler l’esprit d’équipe, sous l’angle du divertissement ou de la performance.

Karine Bossaert et David Blangis, en compagnie de trois de leurs salariés : Christophe, Bastien (leur fils) et Léa.