Basée sur la zone industrielle de Nœux-les-Mines/Labourse

HDF emballages révolutionne le monde de la palette

Créée il y a un peu plus de trois ans, HDF emballages, après avoir investi dans un système de traçabilité, vient de s’équiper d’une chaîne de tri de palettes. L’entreprise révolutionne ainsi le métier du recyclage de la palette et prend de l’avance sur une concurrence plutôt agressive dans ce domaine d’activité.

535
ACT'STUDIO
Grégory Leblan a vingt ans d'expertise dans le domaine de la palette. ©ACT'STUDIO

L’histoire d’HDF emballages (Hauts-de-France emballages) a débuté en mai 2016, lorsque Gregory Leblan, un peu plus de 20 années d’expérience et d’expertise dans le domaine de la palette, décide de s’associer avec Jean-Pierre Destampes, un de ses amis, pour créer une entreprise dans le nord de la France.

«C’est un très bon ami, nous nous connaissons depuis un peu plus de 10 ans, il dirige  la société familiale Destampes emballages basée à Etagnac, en Charente», résume Grégory Leblan. Destampes emballages est un des plus gros fabricants de palettes neuves de l’Hexagone. Elle emploie un peu plus de 120 personnes et réalise un chiffre d’affaires de l’ordre de 32 millions d’euros. «Nous sommes proches en amitié et si loin en distance. Aussi, l’idée consistait à échanger nos savoir-faire et nos réseaux respectifs pour nous développer.»

Pour lancer l’activité, il fallait toutefois trouver un site adapté, assez grand pour stocker et réparer des palettes. Rapidement Grégory Leblan repère l’ancien site de Point P, au cœur de la zone industrielle numéro 1 de Nœux-les-Mines/Labourse. «Le site est adapté au développement de l’activité, il y a juste à côté des possibilités d’extension, il est surtout situé au cœur de la grande région des Hauts-de-France», poursuit-il. 

Démarchage

Le site trouvé, il faut, pour démarrer l’activité, trouver des clients et constituer une équipe. Grégory Leblan se souvient «avoir passé la deuxième journée d’activité à faire du démarchage téléphonique. Nous avons contacté toutes les entreprises de la zone pour leur proposer nos services». Quelques semaines plus tard, les premières commandes tombent. Auchan logistique tout d’abord, qui lui confie la collecte de palettes, puis les premières entreprises de la zone de Nœux-les-Mines/Labourse. «En parallèle, j’ai réactivé mon réseau et eu un peu de chance», avoue-t-il. 

Au sein de l’entreprise, trois personnes étaient présentes au démarrage : Grégory Leblan, Audrey, sa compagne, et un salarié à la réception et au tri des palettes. Cerise sur le gâteau, le dirigeant, qui a su tisser des relations de confiance avec ses clients lors de ses précédentes expériences professionnelles et à sa bonne connaissance du secteur d’activité, décroche un premier contrat avec la Foir’Fouille, puis, quelques mois plus tard, avec le groupe Carrefour. 

Aujourd’hui, l’entreprise compte quelque 150 clients réguliers et travaille sur l’ensemble des Hauts-de-France. «Des portes de Paris à la Belgique, nous avons su convaincre et prouvé que nous sommes un acteur sur lequel il faut compter.» 

En trois années, les effectifs de l’entreprise ont fortement évolué, passant de 3 à 8 salariés en six mois, puis à 18 salariés au bout d’une année, pour atteindre actuellement les 35 personnes.

Palette 3.0

©ACT'STUDIO
HDF Emballages est le spécialiste de la palette en région Hauts de France. ©ACT’STUDIO

Le monde de la palette est en pleine évolution. Si la concurrence est rude, mais les besoins sont importants. Le recyclage des palettes entre de plus parfaitement dans la mouvance de la troisième révolution industrielle mise en place par la Région. 

Grégory Leblan veut cependant aller plus loin : il a mis en place un système de suivi et de traçabilité des palettes. «Nous avons développé le système PALTracking avec Waigéo, un développeur d’applications basé à Ruitz. Nous avons ensuite investi dans une cabine NIMP15 permettant de répondre aux exigences sanitaires», développe le chef d’entreprise. 

Jusqu’à présent, les palettes utilisées par HDF emballages étaient en effet envoyées en Charente pour être traitées. Grâce à la cabine NIMP15, l’entreprise a gagné en autonomie, temps et réactivité. En parallèle de cet investissement, HDF emballages, déjà à l’étroit sur son site après seulement trois ans d’activité, a fait l’acquisition d’un terrain pour entreposer des palettes, passant ainsi de 18 000 à 25 000 m2. «Mon objectif est de conforter l’activité et de continuer à étoffer l’activité. Pour cela, j’ai d’ores et déjà mis une option sur un terrain et décidé d’améliorer les conditions de travail de mes salariés en investissant dans une chaîne de tri automatique.» 

Un investissement important a donc été réalisé, il y a quelques mois, dans un robot de tri développé par la société douaisienne TDR. «Le robot est encore en phase de réglage d’optimisation. Dans les semaines à venir, il permettra de multiplier par trois ou quatre la cadence de tri.»

ACT'STUDIO
Le robot développé par TDR permet de trier les palettes et dans le même temps de multiplier la cadence. ©ACT’STUDIO

Enfin, HDF emballages, qui vient de se renforcer commercialement, souhaite aussi se diversifier en proposant, en plus de la palette, des produits spécifiques pour des marchés de niche : «des caisses de plastique et des chariots, notamment pour les horticulteurs, les boulangeries…». HDF emballages, qui connaît un développement exponentiel, ne manque pas de projets ambitieux.