Accord signé entre les Hauts-de-France et le Zhejiang en Chine

Ce 4 septembre, Salvatore Castiglione, vice-président de la Région Hauts-de-France, a reçu une délégation du Zhejiang, province chinoise, pour la signature officielle d’un accord de coopération. Réunis au sein du Conseil régional, les différents acteurs de la coopération franco-chinoise ont échangé sur les atouts que représentent leurs territoires respectifs. Selon Salvatore Castiglione, les enjeux sont […]

188
Salvatore Castiglione et Zhu Guoxian signant l’accord officiel de coopération

Ce 4 septembre, Salvatore Castiglione, vice-président de la Région Hauts-de-France, a reçu une délégation du Zhejiang, province chinoise, pour la signature officielle d’un accord de coopération. Réunis au sein du Conseil régional, les différents acteurs de la coopération franco-chinoise ont échangé sur les atouts que représentent leurs territoires respectifs. Selon Salvatore Castiglione, les enjeux sont nombreux : «Zhejiang représente une opportunité formidable pour les Hauts-de-France. Nous sommes deux régions innovantes, dotées d’infrastructures portuaires et ferroviaires. Développer l’économie entre nos deux régions constitue une priorité forte, mais ce partenariat sera également industriel, culturel…»

Une vision également partagée par Zhu Guoxian, chef du département de la communication du comité provincial du parti communiste chinois de la province de Zhejiang : «Les opportunités que représente cet accord sont importantes. Notre volonté est d’élargir notre coopération et nos échanges de manière bilatérale.» Ce nouvel accord est un pas supplémentaire au sein d’une longue série. En avril 2018, Xavier Bertrand, président du Conseil régional, avait acté la signature d’un accord d’intention avec la province du Zhejiang, tandis qu’en mai dernier, la signature du MoU (Memorandum d’entente) entre le port de Dunkerque et celui de Ningbo avait constitué un élément fort de la coopération franco-chinoise. Dans quelques mois, un diplôme universitaire de langue et culture chinoise au sein de l’Université d’Artois devrait également voir le jour.