Les chantiers éducatifs permanents

Levier d’insertion pour les jeunes

L’inauguration d’une fresque réalisée dans le cadre d’un chantier éducatif permanent (CEP), associée à la signature d’une convention avec Enedis, a réuni tous les acteurs ayant participé au projet. Elle apporte également une touche artistique pour les habitants de la rue du Temple à Arras et représente une réelle reconnaissance du travail réalisé par un groupe de six jeunes qui ont réalisé cette fresque habillant un transformateur électrique.

173
Parmi les personnalités présentes: Pascal Lachambre, président de la CUA, Richard Smith, secrétaire général adjoint de la Préfecture du Pas-de-Calais, Frédéric Leturque, maire d’Arras, Alain Duconseil, président de l’association La Vie Active, Alain Duez, président de l’association Unartois Insertion, Jérôme Markiewicz, directeur territorial d’Enedis.

Pour ce faire, ces jeunes ont participé début mai à quatre ateliers de préparation de la fresque avec l’accompagnement d’une artiste peintre, du club de prévention Présence et Action sociale de la Vie active et de l’association Unartois insertion pour l’accompagnement technique sur chantier.

Une approche constructive

Un CEP initie une réinsertion professionnelle et sociale qui s’adresse à des jeunes de 16 à 21 ans sur la base du volontariat afin de participer à des projets visant à transformer l’espace public. Issus de quartiers prioritaires, ces jeunes trouvent, au travers ces chantiers d’utilité sociale, un moyen de se (ré)insérer dans leur scolarité et/ou leur projet professionnel. Par ailleurs, en intégrant un CEP, les jeunes sont accompagnés pour lutter contre l’échec, le décrochage, l’errance ou encore la marginalisation.
Outre la participation à un projet d’intérêt collectif, les jeunes bénéficient d’aides facilitant leur réorientation scolaire, l’accès à la formation ou à l’emploi, l’enjeu de cette démarche étant de favoriser l’émergence d’un projet personnel et professionnel.
Implication des jeunes dans l’aménagement de leur cadre de vie, apprentissage de la solidarité et du vivre-ensemble, ou encore développement d’une culture de la contrepartie figurent parmi les principes promus par ces actions d’insertion professionnelle, une expérience valorisante dans le parcours des jeunes s’engageant dans les chantiers.

De nombreux partenariats

Comme l’a exprimé Pascal Lachambre, président de la communauté urbaine d’Arras, «la CUA s’est engagée à porter l’insertion sociale et professionnelle des jeunes au rang de ses priorités dans le cadre de sa politique de cohésion sociale et de solidarité». La collectivité a ainsi mis en place ce dispositif en partenariat avec des conseillers de la Mission locale en Pays d’Artois et le Club de prévention. Par ailleurs, de tels projets sont rendus possibles grâce au soutien de l’État, de communes membres de la CUA et de partenaires apportant des supports de chantier.
C’est ainsi qu’Enedis s’est inscrit au rang des partenaires de la rénovation du transformateur de la rue du Temple en fournissant ce chantier. À l’occasion de l’inauguration, Enedis a renouvelé son engagement dans le CEP en actant une convention pour trois ans et sur trois axes : «rénovation urbaine» via la réfection de postes de transformation sur le territoire de la CUA, «numérique» avec la réalisation par les jeunes de supports via l’informatique et «prévention sécurité» animé par Enedis.

Parmi les personnalités présentes: Pascal Lachambre, président de la CUA, Richard Smith, secrétaire général adjoint de la préfecture du Pas-de-Calais, Frédéric Leturque, maire d’Arras, Alain Duconseil, président de l’association La Vie active, Alain Duez, président de l’association Unartois insertion, Jérôme Markiewicz, directeur territorial d’Enedis.