2,2 milliards d’euros pour financer le canal Seine-Nord

L’Etat et les collectivités vont verser 2,2 milliards d’euros pour financer le projet du canal Seine-Nord, la liaison à grand gabarit devant relier la Seine au réseau fluvial de l’Europe du Nord, ont annoncé vendredi 4 octobre le ministre des Comptes publics et le secrétaire d’Etat aux Transports. Le canal, long de 107 kilomètres entre […]

232
© ACT'Studio
© ACT’Studio

L’Etat et les collectivités vont verser 2,2 milliards d’euros pour financer le projet du canal Seine-Nord, la liaison à grand gabarit devant relier la Seine au réseau fluvial de l’Europe du Nord, ont annoncé vendredi 4 octobre le ministre des Comptes publics et le secrétaire d’Etat aux Transports.

Le canal, long de 107 kilomètres entre Compiègne (Oise) et Aubencheul-au-Bac (Nord), doit faciliter le transport de marchandises entre les pays du Benelux et la région parisienne, et décharger l’autoroute A1. Son coût total est évalué à 5 milliards d’euros.

D’une part, «une contribution budgétaire de l’Etat de 1,1 milliard d’euros sera versée à la société du Canal Seine-Nord Europe par l’Agence de financement des infrastructures de transport (AFITF)», ont indiqué le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin et le secrétaire d’Etat aux transports Jean-Baptiste Djebbari, dans un communiqué commun.

L’apport de l’Etat sera complété par une contribution du même montant de la part des collectivités territoriales des Hauts-de-France, de l’Oise, du Pas-de-Calais, du Nord, de la Somme et de l’Ile-de-France, «qui pourra le cas échéant être financée au moyen d’un emprunt».

L’Union européenne doit pour sa part apporter 2 milliards d’euros, «au titre du mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE)», selon Bercy. Bruxelles s’était engagé à financer l’ouvrage «à hauteur de 50% du montant des études et de 40% du montant des travaux», selon le communiqué du gouvernement.

S’agissant du reste à financer – c’est-à-dire entre 700 et 900 millions d’euros selon Bercy -, «l’Etat aidera à la mise en place de ressources à assiette locale pour financer la contribution d’équilibre, dont le montant sera garanti par les collectivités», ont ajouté les deux ministres.

Le projet d’origine, conçu comme un partenariat public-privé d’un montant évalué à 7 milliards d’euros, avait été abandonné et revu à la baisse à 5 milliards d’euros, avec un financement cette fois 100% public.