« Don Carlos » de Giuseppe Verdi à Gand

L’opéra de Flandre ouvre sa saison avec Don Carlos, l’un des chefs-d’œuvre majeurs de Giuseppe Verdi qui offre ce que le public attend du compositeur italien : une intrigue où amour et pouvoir dansent un tango destructeur, des scènes de chœur spectaculaires et des arias et des duos époustouflants. Le récit relate l’histoire de Don […]

242
© Annemie Augustijns

L’opéra de Flandre ouvre sa saison avec Don Carlos, l’un des chefs-d’œuvre majeurs de Giuseppe Verdi qui offre ce que le public attend du compositeur italien : une intrigue où amour et pouvoir dansent un tango destructeur, des scènes de chœur spectaculaires et des arias et des duos époustouflants. Le récit relate l’histoire de Don Carlos et de son amour interdit pour sa belle-mère, Elisabeth de Valois. Car si celle-ci lui était destinée, elle fut finalement mariée à son père, le roi d’Espagne Philippe II, pour sceller la paix avec la France. Rongé par le chagrin, il se confie à son meilleur ami, le marquis de Posa, qui veut obtenir le concours de Carlos pour sa mission politique, la libération de la Flandre. Une histoire où les frontières entre souvenirs et rêve, entre réalité et folie, demeurent incertaines. Dans sa mise en scène, Johan Simons raconte l’histoire du point de vue de Don Carlos, tissant des liens avec le Don Carlos historique (1545-1568), souffrant de problèmes mentaux et qui passa les derniers mois de sa vie dans sa chambre, arrêté et enfermé par son père. Pour lui, ce n’est pas un personnage romantique, mais un penseur tragique, héros humaniste dans une société où les idéologies s’affrontent.

© Annemie Augustijns

Pour sa scénographie, avec la collaboration de la costumière Greta Goiris, le célèbre artiste plasticien Hans Op de Beeck a puisé son inspiration dans les univers de Breughel et Bosch. Le chef d’orchestre Alejo Pérez pourra s’appuyer sur un casting réunissant le ténor américano-italien Leonardo Capalbo dans le rôle-titre et la soprano américaine Mary Elizabeth Williams, interprète d’Elisabeth de Valois, tandis que le basse allemand Andreas Bauer Kanabas, spécialiste de l’œuvre de Verdi, fera ses débuts dans le rôle de Philippe II.

Représentations les 19, 22, 25 et 30 octobre à 19h, le 27 octobre à 15h à l’opéra de Gand. Renseignements et réservations au 00 32 70 22 02 02 ou sur www.operaballet.be