Un groupement d’entreprises à Tincques, près d’Arras

Le GIE des formes

En 2017, un projet de mutualisation de moyens a vu le jour dans les campagnes de l’Artois. Deux entrepreneurs ont rassemblé quelques confrères pour construire un GIE qui regroupe leurs compétences respectives dans le domaine de l’impression de tout type. Rencontre avec son dirigeant, Arnaud Pommier.

259
« Laurent Theux (à gauche) et Arnaud Pommier, dirigeant d’Ealnplast et fondaterus du GIE 3D »

 

Le siège du GIE dans la zone d’activités de Tincques.

En mode TPE, un groupement d’entreprises s’est installé à Tincques, près d’Arras, pour répondre au mieux et «en plus grand» aux demandes d’un marché en très forte croissance. Inauguré en juin 2018, après neuf mois de travaux, le siège du GIE est tout à la fois un lieu d’accueil, de communication et de production. Les 700 m² abritent des machines numériques qui ont pu démontrer toutes leurs capacités lors de la journée portes ouvertes du 27 septembre dernier. Photogrammétrie (modélisation 3D de photo), hydrodipping (film d’impression par transfert d’eau), impression métallique par couche, les possibilités sont nombreuses. L’un des objectifs du GIE est en effet de populariser les nouvelles technologies d’impression auprès des professionnels qui en ont de plus en plus le besoin : architectes, publicitaires, formateurs…

 

Laurent Theux (à gauche) et Arnaud Pommier, dirigeant d’Elanplast et fondateur du GIE 3D.

Du commun et une marche de plus en prise de commande

Ingénieur des Mines de Douai, Arnaud Pommier et son associé, Laurent Thieux, ont investi plus d’un million d’euros depuis quatre ans. Spécialisés dans la fabrication de pièces techniques en matière plastique pour un usage industriel, face à un marché qui s’élargit, ils parient sur la complémentarité des professionnels de ces métiers : «Nous sommes, aujourd’hui, cinq entreprises : 3D ST Lab à Bailleul, Dessailly à Boulaincourt (Oise), 3D Metal Print à Saint-Omer,  ACH photo à Houdain…» Ils forment le premier tour de table du GIE : «Ce sont des gens qu’on rencontrait régulièrement. Le but est de réunir des personnes qui ne se concurrencent pas, qui sont complémentaires. Nos membres sont répartis dans la région, on est des petites sociétés, on se comprend mieux… Nous mettons en commun le lieu, important en termes d’image, pour regrouper nos savoir-faire. On réalisera par la suite des investissements en commun. Le GIE permet de faire de la communication, des publications, de mutualiser les coûts, de mieux gérer les agendas pour être mieux présents. On a des marchés sur lesquels on progresse : des affaires de pièces pour un constructeur automobile.» Exemples ? Elanplast est référencé, un client historique d’Elanplast, qui a d’autres besoins… Et puis il y a les contacts via la boite mail, dispatchés auprès des membres du GIE. « On pourra prendre aussi des commandes directement via le GIE : si cela ne s’est pas encore présenté, ce n’est absolument pas exclu.»