A Calais, une usine textile qui tourne

Balsan cherche la diversification

L’entreprise Balsan, fournisseur officiel d’uniformes de cérémonie sur mesure pour l’armée française depuis 1850, veut se diversifier en ouvrant une filière «jean». Avec son usine à Calais depuis 1958, à deux pas de l’usine de dentelles Noyon, Balsan est aujourd’hui une référence dans le textile d’uniforme.

Dans les ateliers de Balsan à Calais.

Filiale du groupe Marck, Balsan emploie plus de 1 000 salariés, avec 500 employés en France et le reste en Tunisie. Son chiffre d’affaires avoisine les 110 millions d’euros. Le groupe Marck possède 6 usines en France, dont 4 sites industriels de confection (Calais, Sainte-Pazanne, Déols, Sillinger à Mer). Les activités de ces usines sont diverses et s’imbriquent dans un cycle de production complémentaire : de la confection d’uniformes de cérémonie en passant par la passementerie, jusqu’à la coiffe. L’objectif du groupe est de proposer un uniforme complet 100% français. A Calais, Balsan fabrique essentiellement des uniformes de cérémonie. Son principal client est l’armée de terre. En effet, 80% des 70 000 pièces fabriquées chaque année lui sont destinées. En 2018, l’entreprise a vu sa production et son chiffre d’affaires augmenter de 30%.

Une filière qui peine à recruter

«Le monde du textile est un monde qui peine à recruter, selon David Ayal, directeur du site calaisien. Les causes de ce manque de main-d’œuvre sont dus à l’image du textile dans la région, aux formations de base qui ne sont plus disponibles et à la volonté du personnel qui ne veut plus s’orienter vers un travail d’usine.» Après un recrutement long de deux ans, l’usine a atteint un nombre de salariés satisfaisant et ses employés sont polyvalents. La direction se tourne désormais de plus en plus vers l’apprentissage. Ainsi, pour transmettre son savoir-faire et faire perdurer son activité, l’entreprise accueille chaque année 50 stagiaires. Dans la dernière décennie, 5 ont été embauchés

Balsan est spécialisé dans la fabrication des uniformes militaires.

La diversification, un enjeu important

Avec une production qui dépend à 88% des appels d’offres, l’entreprise cherche aujourd’hui à se diversifier car une activité uniquement basée sur les appels d’offres est risquée. Pourtant, elle peine à trouver de nouveaux débouchés. De plus en plus, les clients privilégient en effet le rapport qualité/prix au détriment du Made in France. La concurrence principale se trouve à l’étranger, notamment en Asie. Mais Balsan met en avant sa spécificité : être la seule usine à proposer certains produits en France. En 2018, Balsan a fabriqué pour la première fois 300 pièces pour Le Slip français. Et en cette fin 2019, une chaîne de production pour la marque «1083» est en cours d’installation. Balsan reste toutefois marquée par sa singularité historique : l’uniforme de cérémonie. Lors du 14 juillet, 80% des uniformes portés proviennent de chez Balsan. L’année 2020 sera cruciale pour l’avenir de l’atelier de Calais, le maintien des emplois et de la production : les marchés sur les tenues des armées françaises seront alors renouvelés…