Festival Sonic City à Courtrai jusqu’au 10 novembre

Outre son concert du 9 novembre, l’artiste galloise Cate Le Bon est cette année la curatrice du Sonic City 2019, festival belge aventureux et défricheur. Focus sur deux concerts à ne pas manquer.

Deerhunter.

En avril 2018, Cate Le Bon s’est rendue au Texas pour collaborer avec Bradford Cox, guitariste et chanteur de Deerhunter, à l’occasion du prestigieux festival Marfa Myths. Cette parenté musicale et cette admiration mutuelle a conduit Bradford Cox à lui demander de produire le nouveau Deerhunter. Et c’est ainsi que l’artiste a invité le combo à se produire le 10 novembre en clôture du festival. Formé en 2001 à Atlanta, Deerhunter publie un premier album éponyme en 2004 dans un style musical hybride entre cold wave, shoegaze et rock psychédélique hanté. La musique de Deerhunter doit absolument s’écouter en live, là où elle se gonfle de décibels, portée par la performance d’un leader souvent halluciné sur scène. Le groupe a publié en janvier dernier son huitième album, Why hasn’t everything has already disapeared ? (4AD/Beggars), dont le titre est emprunté à l’ouvrage du philosophe Jean Baudrillard. Un superbe album – où résonnent des sonorités anglaises pop, psychédéliques et baroques – à découvrir sur scène.

Quatre ans après On Your Own Love Again, Jessica Pratt a publié en janvier dernier son troisième album, Quiet Signs (Mexican Summer/City Slang). Creusant avec élégance le même sillon, la chanteuse de San Fransisco accompagne simplement ses compositions folk de quelques accords à la guitare acoustique, et les aficionados n’en demandent pas plus pour être touchés. Adoubée par Tim Presley (White Fence), elle signe un album où se côtoient phrasé aérien, guitare sèche et voix juvénile, traversé par une mélancolie qu’elle porte sans ostentation (10 novembre).

Jessica Pratt © Guillaume Belvez

Programme complet sur www.soniccity.be