Le Thalassa Sea and Spa du Touquet

L’un des plus gros complexes du groupe Accor

25 millions d’euros d’investissement, quinze mois de travaux, 200 collaborateurs, le Thalassa Sea & Spa du Touquet, a ouvert ses portes récemment. Fief du groupe Accor, premier groupe hôtelier en Europe, le complexe devient l’un des plus gros centres de thalasso du groupe, après Quiberon et Dinard. Il devient également par le nombre de ses salariés l’un des plus gros groupes du Touquettois, comme l’a souligné Lilyane Lussignol, maire de la commune, le jour de l’inauguration.

crédit photo : Laurent Warin
Les espaces détentes ont été revalorisés face à la mer.

Selon la nouvelle directrice du lieu, Claire Bartholus, le site est unique. Deux hôtels en périphérie, un Novotel quatre étoiles de 145 chambres et un Ibis trois étoiles de 91 chambres, une thalasso au centre capable d’accueillir 280 curistes par jour, et trois restaurants. Le complexe est doté d’une même entrée centrale pour les trois lieux. C’est au client ensuite de faire sa route ! On rejoint les hôtels par coursives intérieures, notamment grâce à une passerelle au-dessus de la piscine pour rejoindre le Novotel ou une coursive face à la mer pour rejoindre l’hôtel Ibis.

Et entre deux, on s’abandonne au slogan du lieu : «Ma pause, mon énergie». Les espaces détente ont été revalorisés face à la mer. «La vue est un soin à lui tout seul», argue la directrice. Puis viennent les soins ciblés eau de mer : drainage marin, vague marine, piscine d’eau de mer, parcours marin… Cinquante personnes travaillent au centre de thalassothérapie, un nutritionniste, un ostéopathe, des coachs sportifs, des masseurs, et onze techniciens sont dédiés à la maintenance du site. Le groupe Thalassa travaille son marketing autour d’un slogan dans l’air du temps : la pause active. Cette «pause» s’inscrit dans une offre globale construite autour des six piliers du bien-être que sont la destination, les soins, le repos, les saveurs, la beauté et le sport. Tout un programme difficile à tenir pour les adeptes des courts séjours.

Une clientèle moyen-long séjour à convaincre

70% de la clientèle du complexe du Touquet a toujours été une clientèle de courts séjours, venue se détendre pendant un, deux ou trois jours. «La majorité de nos clients vient de Belgique, d’Allemagne, du Luxembourg, de Paris, Lille et Amiens», explique Claire Bartholus. «Nous avons aujourd’hui une vraie valeur ajoutée que sont les équipes et la nouvelle offre Thalassa. Nous allons les valoriser. Nous sommes aujourd’hui un vrai Resort bien-être». La directrice espère capter une clientèle de soins avec forfait à la semaine et compte également sur le Palais des Congrès, dont l’ouverture est prévue au Touquet au début de l’année 2020 pour drainer une clientèle supplémentaire. «L’idéal est six jours de cure», insiste la consultante du groupe Accor. «Après trois jours de cure, on est fatigués, on se sent mieux le quatrième jour et au bout de six jours, la cure devient vraiment bénéfique». Tous les protocoles de soins comportent une même entrée : la respirologie. Ici on parle microsieste, bains de sommeil, respiration… De quoi bayer aux corneilles sans vergogne !

Lilyane Lussignol, maire du Touquet, lors de l’inauguration