Trinature France va s’installer à Blaringhem

Trois industriels pour une seule usine

L’entreprise française FRDP et les deux sociétés belges Agrifreez et Crop’s Vegetables se sont associées dans la création d’une nouvelle entité, Trinature France, avec en projet l’implantation d’une usine de surgélation de légumes à Blaringhem. Démarrage prévu au second trimestre 2021.  

Les entreprises associées dans la création de Trinature France ont en point commun de travailler déjà dans le secteur légumier et fruitier. Agrifreez, située à Esquelbecq, conditionne 24 000 tonnes annuelles de légumes surgelés depuis 2011. FRDP, installée à Avignon, est spécialisée dans la transformation et le conditionnement de fruits et légumes issus de l’agriculture biologique. Enfin, Crop’s Vegetables, installée en Belgique, conditionne des fruits (40 000 tonnes annuelles), surgèle des légumes (130 000 tonnes par an) et élabore des plats cuisinés à base de légumes (35 000 tonnes par an). C’est la bonne santé du marché des légumes surgelés en France, associée à une consommation de plus en plus importante de produits issus de l’agriculture biologique, qui ont conduit les trois industriels à réaliser cet investissement. «L’autre raison est que nous sommes aussi situés dans les Hauts-de-France, qui est actuellement la première région française en termes de production de légumes avec plus de 27% de la production totale. Ce chiffre atteint même 33% pour les légumes de conserverie comme les pois et les haricots verts. Ce qui nous donne des facilités pour nos approvisionnements», précise Frédéric Huyard, technicien de plaine chez Agrifreez.

L’usine de production de légumes surgelés est prévue pour démarrer en avril 2021 à Blaringhem, sur une friche industrielle laissée par la cristallerie Arc International. La production attendue est d’environ 30 000 tonnes par an (soit plus de 3 000 hectares situés exclusivement dans les Hauts-de-France), principalement des épinards, des carottes et des pois. À cela va s’ajouter la production de 9 000 tonnes de légumes surgelés issus de l’agriculture biologique, soit 800 hectares. «Nous allons travailler avec plus de 150 agriculteurs», précise Frédéric Huyard. «Notre process prévoit l’installation d’un tunnel de blanchiment dans lequel les légumes seront blanchis, puis refroidis et enfin égouttés avant de passer dans le tunnel de surgélation où ils seront d’abord prérefroidis à une température de 5-10°C, puis congelés à une température de -25°C. Cela représente un investissement de 37 millions d’euros.»

Environ 59 personnes seront embauchées dans un premier temps pour cette activité qui dépend très largement des périodes de récolte des légumes. Ainsi, la production et le stockage de légumes se feront principalement d’avril à décembre. Le conditionnement, lui, se déroulera toute l’année. L’usine devrait tourner 24 heures sur 24, 6 jours sur 7. Les trois associés envisagent déjà l’installation d’un deuxième tunnel de surgélation dès le démarrage du site.