Sur l’ancienne friche sidérurgique Cockerill

JMP Expansion fait escale à Hautmont

Les travaux ont commencé cette année. Ce projet, mené par JMP Expansion, voisin de la zone commerciale existante, comprend des magasins d’usine et un «retail park». Une première tranche doit s’ouvrir vers la mi-juin 2020.

ProEXR File Description =Attributes= cameraAperture (float): 36.000000 cameraFarClip (float): 1000.000000 cameraFarRange (float): 25.400000 cameraFov (float): 83.974426 cameraNearClip (float): 1.000000 cameraNearRange (float): 0.010000 cameraProjection (int): 0 cameraTargetDistance (float): 200.000000 cameraTransform (m44f) channels (chlist) compression (compression): None dataWindow (box2i): [0, 0, 5999, 3374] displayWindow (box2i): [0, 0, 5999, 3374] gamma (float): 1.000000 lineOrder (lineOrder): Increasing Y pixelAspectRatio (float): 1.000000 screenWindowCenter (v2f): [0.000000, 0.000000] screenWindowWidth (float): 1.000000 tiles (tiledesc): [64, 64] =Channels= A (float) B (float) G (float) R (float)

Baptisé L’Escale, ce projet a commencé à se concrétiser en 2019 sur l’ancienne friche sidérurgique Cockerill dont l’usine avait été fermée en 1985. Depuis, la ville d’Hautmont a racheté la vingtaine d’hectares qu’elle s’est employée à requalifier et à lui trouver des aménageurs intéressés… Le compromis de vente entre la ville et le groupe JMP Expansion remontait à 2013. Le feu vert au projet a été donné, début 2017, par la Commission départementale d’aménagement commercial, et la transaction a abouti en 2018. Pour le groupe, dirigé par Jean-Michel Pacaud (d’où le sigle JMP), spécialisé dans la réalisation d’ensembles commerciaux, il s’agit d’un investissement de l’ordre de 65 à 70 millions euros. Pour environ 30 000 m² de surfaces commerciales.

Outlet et Retail Park en trois phases

L’Escale comprend d’abord le Village des Marques proprement dit, appelé aussi «Outlet shopping Village». On devrait donc y trouver fins de séries, stocks à écouler, réductions… Architecture, cheminements, environnement seront particulièrement soignés. Trois phases sont prévues.

Le village sera, lui, réalisé en deux phases : 100 boutiques (12 000 m2) pour l’été 2021 ; et 27 autres boutiques (5 000 m2) à l’horizon 2023 ou 2024. Il s’agira de baux commerciaux. Les enseignes, certaines inédites localement, précise M. Pacaud, auront pour thèmes, le textile habillement, la maison, la mode (à 65 %)…

L’Escale comprend ensuite un «retail park» d’environ 10 000 m². Il sera la première pièce du puzzle à se mettre en place, vers juin 2020. Soit un parc d’activités commerciales, offrant une unité architecturale et comprenant au moins cinq cellules. Parmi les enseignes annoncées, Intersport qui se relocalise et s’agrandit (de 1 500 m² à 3 000 m²) ou Jysk (800 m²) chaîne danoise spécialisée dans l’ameublement, la décoration de la maison… Pour les autres, les transactions sont en cours.

Cet ensemble commercial sera accompagné d’équipements : du stationnement à ciel ouvert (1 500 places de parking) ; une ferme «ludique et pédagogique» pour les enfants ; des restaurants (quatre en principe) ; une résidence hôtelière (des pourparlers sont en cours avec une chaine internationale et 80 chambres seraient envisagées) ; un espace pour les créateurs ; un emplacement réservé aux commerçants locaux…

Emplois locaux et clientèle belge

Côté emplois, Jean-Michel Pacaud précise que le retail park devrait en créer 45, en accueillant cinq ou six enseignes. Le Village de Marques, lui, pourrait en totaliser, à terme, entre 400 et 650. Sur le plan de la stratégie commerciale, ce vaste projet compte beaucoup sur la clientèle belge évaluée déjà entre 35 et 40%. Sur un plan plus général, la zone de chalandise est estimée à 9,6 millions d’habitants (dans un rayon de 90 minutes en voiture). «Le secteur Nord Est ne disposait pas encore d’un tel aménagement ; il y a donc une bonne carte à jouer» souligne Jean-Michel Pacaud.

Ce dernier précise enfin que si les autorisations ont été compliquées à obtenir, la volonté locale a toujours été forte pour reconquérir la vaste friche industrielle en bord de Sambre et pour développer le «tourisme commercial». L’aménagement d’un ponton est prévu sur la Sambre ainsi qu’un système de liaison entre la zone commerciale et Maubeuge. La ville d’Hautmont s’est d’ailleurs dotée récemment d’un bateau à passagers.