Le «Domaine d’Hestïa» sort de terre

Un projet immobilier ambitieux à Saint-André-lez-Lille

Situé à l’emplacement de l’ancien hôpital psychiatrique Ulysse Trélat à Saint-André-Lez-Lille, le programme immobilier du «Domaine d’Hestïa» sort de terre. Un projet ambitieux, signé par le prestigieux cabinet Wilmotte et mené par le promoteur immobilier Capelli, dont les premières livraisons sont prévues pour le quatrième trimestre 2020.

Basé rue de Lambersart, à Saint-André-lez-Lille, le site Ulysse Trélat poursuit sa mutation. Acquis auprès du Département du Nord en 2019, le promoteur immobilier Capelli s’est lancé dans un projet d’envergure : convertir l’ancien site hospitalier de 7 hectares en résidences immobilières de 450 logements. «Il ne s’agit pas d’un chantier classique, explique Romain Demouveaux, directeur régional du groupe Capelli, car cela nécessite une grande phase préparatoire. Tout n’a pas été détruit, une grande partie du chantier consiste en une réhabilitation d’une partie du bâtiment à l’architecture flamande.»

L’ambition du promoteur immobilier Jean-Michel Wilmotte est d’allier le charme de l’ancien à l’attrait du neuf. Ce seront au total 450 logements qui seront composés de parties réhabilitées et neuves, allant du studio au T5. L’un des objectifs du groupe Capelli sera notamment d’axer leur offre sur la mixité sociale en proposant des logements locatifs sociaux. «Le bâtiment est remarquable et les logements seront atypiques : nous proposerons par exemple des duplex de 3 mètres 50 de hauteur sous plafond mais aussi des bâtiments plus neufs, plus classiques afin de nous permettre d’élargir le panel de clients potentiels

Pour le moment, les premiers travaux de démolition et le traitement de l’amiante ont été menés, le groupe compte maintenant attaquer les voiries et les réseaux divers. La réhabilitation devrait débuter à la fin de l’année 2019 et les chantiers neufs démarrer dans le courant du premier trimestre 2020 avec la construction des premiers bâtiments. L’enveloppe dédiée aux travaux représente 45 millions d’euros tandis que le groupe Capelli compte atteindre un chiffre d’affaires potentiel d’une centaine de millions d’euros. En effet, la reconversion de cet ancien site hospitalier représenté une opportunité pour le groupe. «Il s’agit d’un vrai succès commercial pour plusieurs raisons : l’architecture, l’environnement avec la présence d’un parc habité, une architecture homogène entre les espaces réhabilités, une vraie intégration des bâtiments, puis le travail mené sur les espaces communs : un parc, la conservation de nombreux arbres, la replantation d’autres pour créer une présence végétale très importante. L’emplacement n’est pas anodin : Saint-André-Lez-Lille est une ville en plein essor, située en bordure de Lille. C’est un emplacement extraordinaire et l’opportunité de réaliser une action exemplaire», se félicite Romain Demouveaux.

La partie réhabilitée devrait être terminée pour le quatrième trimestre 2020. Une première livraison de logements neufs devrait intervenir à l’été 2021 et une seconde au dernier trimestre 2021.

La commercialisation du projet, lancée il y a un an et demi, est déjà bien entamée. Plus de la moitié de l’opération a été commercialisée et 65% de logements ont déjà été réservés, notamment par des bailleurs pour logements locatifs sociaux ou encore des particuliers. Implanté notamment à Lyon, Paris, Bordeaux et Lille, Capelli entend s’imposer comme l’opérateur régional de référence et afficher l’objectif de 300 à 400 logements en commercialisation par an dans les Hauts-de-France.