Sophie Lefebvre a installé une unité de cryolipolyse à Estrée-Blanche

Une diversification positive

Kinésithérapeute de profession, Sophie Lefebvre a diversifié son activité en développant un service de cryolipolyse. Cette orientation tournée vers l’esthétique consiste à utiliser le froid pour affiner sa silhouette, la jeune femme conservant en parallèle son cabinet.

La cryolipolyse permet à Sophie Lefebvre d’explorer de nouveaux champs professionnels.

Le froid est réputé calmer les douleurs articulaires, il apaise les tendinites et autres entorses, favorise la récupération des sportifs mais le froid peut être utilisé aussi à des fins esthétiques. En effet, la cryolipolyse a fait ses preuves et cette technique permet d’affiner la silhouette.

Passionnée par son métier, Sophie Lefebvre exerce la profession de kinésithérapeute depuis 11 ans et elle a ouvert son cabinet il y a 7 ans dans la commune d’Estrée-Blanche. Elle a découvert les bienfaits de la cryolipolyse sur la ligne en 2015. «Je connaissais le sujet, abordé au cours de mes études. Cette thématique a retenu mon attention. Une relation commerciale m’a proposé d’acheter une machine de cryolipolyse. J’ai testé chez un confrère et cet essai s’est avéré concluant et j’ai décidé d’investir dès 2016», précise Sophie Lefebvre.

Ce segment lui permet de découvrir de nouveaux horizons professionnels et d’explorer un autre domaine d’activités, tout en donnant la primeur à son métier de kiné.  «J’offre un nouveau service, une nouvelle opportunité aux patients. On travaille plus sur la question du bien-être, un aspect qui est différent de ceux abordés dans mon cœur de métier», explique Sophie Lefebvre.

En quoi consiste une séance de cryolipolyse ? Tout commence par l’incontournable questionnaire/bilan qui permet de définir si la personne peut avoir accès ou non à la cryolipolyse. Au cours de la séance qui dure une heure, la professionnelle installe des plaques réfrigérée (sur lesquelles la température descend à -5 degrés.

Sous l’effet du froid, les cellules graisseuses gèlent et se produit le phénomène d’apoptose. Les cellules adipocytes mortes s’évacuent ensuite par les voies naturelles.

De la masse graisseuse disparait mais en aucun cas, on ne parle de régime miracle, comme le confie Sophie Lefebvre : «Nous ne sommes pas des magiciens. La cryopolyse permet aux personnes de corriger leur silhouette, de gommer des petites rondeurs. On n’évoque jamais de perte de poids. Il y a aussi une règle à observer : 2 séances doivent être espacées de 3 semaines minimum. Ces interventions permettent aussi de faire passer des messages aux patients, sur l’importance notamment de pratiquer une activité physique régulière ou encore de veiller à avoir une alimentation équilibrée.»

Les utilisateurs sont certes des femmes mais beaucoup d’hommes ont aussi recours à cette technologie. Les clients viennent de l’Audomarois, du Béthunois et parfois de plus loin. Souvent ils découvrent ce service via les réseaux sociaux mais le bouche-à-oreille reste une pratique qui fonctionne plutôt bien. Les pics d’activité apparaissent forcément avant ou après les fêtes mais aussi avant l’été.