Formation

IMT Lille-Douai et les entreprises, un partenariat de longue date

L’école d’ingénieurs IMT Lille-Douai, née de la fusion entre l’École des mines de Douai et Télécom Lille en 2017, sera présente au Forum international de la Cybersécurité. L’objectif : promouvoir leurs enseignements en lien avec un domaine professionnel qui recrute de plus en plus.

La cybersécurité a le vent en poupe.

Le FIC, c’est aussi un moyen d’augmenter sa visibilité auprès d’étudiants et d’acteurs du domaine de la cybersécurité.

Fidèle au poste, l’école d’ingénieurs généralistes IMT Lille Douai sera présente sur le Forum. Sa mission : former les experts en cybersécurité de demain. Et il en faut de plus en plus. «Actuellement, il y a plus d’offres que de demandes. Les entreprises cherchent à recruter des référents en cybersécurité, notamment depuis la mise en place de la RGPD», indique Émeline Pavy, déléguée aux partenariats économiques de l’école.

Dépendante, non pas du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, mais du ministère de l’Industrie, l’IMT Lille-Douai entretient des liens étroits avec les acteurs économiques de la région telle qu’Orange cyberdefense, le CITC ou encore Stormshield, filiale sécurité de Airbus.

Ces entreprises interviennent dans l’école pour remonter des cas pratiques auprès des élèves dans le cadre de travaux dirigés et apporter leur expérience en plus des cours théoriques que dispense l’équipe pédagogique. «Les étudiants en Mastère spécialisé finissent par un Plan de formation en entreprises, c’est-à-dire un stage en fin d’études. En général ce stage se conclut par un contrat à la sortie», explique Hassen Drira, responsable pédagogique du Mastère spécialisé ingénierie de la cybersécurité. En effet, l’école affiche un taux de 88% d’employabilité après le diplôme. «Il faut savoir que nos étudiants ne peinent pas à trouver des stages, ils font souvent un choix parmi plusieurs propositions qui s’offrent à eux, tellement les entreprises sont en demande», avoue Émeline Pavy.

Aussi en reconversion

Ces étudiants arrivent dans l’école au niveau post bac ou après avoir suivi une classe préparatoire, mais pas que : l’IMT Lille-Douai propose également des Mastères pour les bac +5. «Ces études sont majoritairement suivies par des personnes en reconversion qui ont compris les opportunités du marché. Certes le prix d’inscription est élevé (9 000 euros, ndlr) mais c’est un vrai investissement», fait remarquer Ahmed Maddahi, professeur au centre d’enseignement, de recherche et d’innovation système numérique d’IMT Lille Douai. Sur un an, le Mastère dispense des cours en commun avec les étudiants en Master pour acquérir une base de connaissances, puis des enseignements plus spécialisés.

L’école forme donc de futurs ingénieurs, mais héberge aussi des chercheurs qui identifient les verrous des nouvelles technologies au service d’entreprises confrontées à certaines problématique. L’équipe de recherche, basée à la cité scientifique de Villeneuve d’Ascq, voudrait gonfler ses effectifs. Elle est actuellement composée de trois personnes.


L’IMT Lille Douai en chiffres :

Plus de 500 diplômés par an

2 000 étudiants

12 autres écoles en France

4 spécialités (Télécommunications et informatique, Génie industriel, Plasturgie et matériaux composites, Génie civil et Système ferroviaires)

5 Mastères spécialisés

L’IMT Lille Douai est à la fois implantée à Douai et à la Cité scientifique de Villeneuve d’Ascq.