De l’autre côté de la frontière

Voo accorde des gestes commerciaux à ses clients Alors qu’un confinement strict a débuté le 18 mars en Belgique, Voo se montre solidaire et annonce des mesures exceptionnelles en faveur de sa clientèle. L’entreprise télécom a décidé de lever les limites de ses forfaits et de rajouter jusqu’à 20GB de data au-delà de l’offre actuelle. […]

© JeanLuc

Voo accorde des gestes commerciaux à ses clients

Alors qu’un confinement strict a débuté le 18 mars en Belgique, Voo se montre solidaire et annonce des mesures exceptionnelles en faveur de sa clientèle. L’entreprise télécom a décidé de lever les limites de ses forfaits et de rajouter jusqu’à 20GB de data au-delà de l’offre actuelle. Elle met également à disposition de ses abonnés des appels illimités en téléphonie fixe et mobile nationale. L’objectif est de permettre à ses clients de rester connectés et de télétravailler dans les meilleures conditions. Pour les clients TV Interactive, l’enseigne a également ouvert l’accès aux chaînes Be TV gratuitement, jusqu’au 6 avril inclus. D’autres enseignes, comme Proximus, Telenet et Orange Belgium, ont aussi offert des avantages commerciaux à leur clientèle pour les aider à faire face à cette période difficile.

Delhaize lutte contre la propagation du Covid-19 

Dans l’objectif de limiter la propagation du Coronavirus, le groupe Delhaize a mis en place plusieurs mesures de prévention. La chaîne belge a décidé de recevoir, en priorité, les personnes âgées de plus de 65 ans, entre 8h et 9h du matin. Elle a également interdit l’utilisation des paniers de courses et privilégie celle des chariots. L’entreprise a aussi instauré l’obligation de garder une distance de sécurité et n’autorise, désormais, qu’un client par 15 m². D’autre part, l’enseigne de supermarchés demande à ses clients de venir faire leurs achats seuls. Ces dispositions sont appliquées depuis le 17 mars.

Les recyparcs de la zone Hygea ferment à cause du Coronavirus

Le 18 mars dernier, l’intercommunale de gestion environnementale Hygea a annoncé que les recyparcs de la zone Mons-Borinage-Centre seront fermés jusqu’à nouvel ordre. Cette décision, prise par la ministre wallonne de l’Environnement, fait suite aux nouvelles directives du Conseil national de sécurité. Elle vise à limiter les déplacements afin de pouvoir renforcer le confinement et lutter contre la diffusion du Covid-19. Cependant, les collectes en porte-à-porte seront toujours assurées par les équipes d’Hygea, tout en accordant la priorité aux déchets organiques ainsi qu’aux ordures ménagères.

TEC : des mesures de précaution renforcées

TEC, l’opérateur de transport de Wallonie, met en place de nouvelles dispositions afin de contenir le risque de propagation du Coronavirus. Les transports en commun continuent de circuler tout en respectant un ensemble de conditions permettant de garantir la distanciation sociale. Ainsi, les voyageurs peuvent toujours acheter leurs titres de transport en ligne à travers le e-shop ou les 202 automates de vente disponibles un peu partout en Wallonie. La validation de ces derniers n’est, provisoirement, pas obligatoire et la montée à bord se fait uniquement par l’arrière. Par ailleurs, TEC conseille à ses voyageurs de respecter les mesures d’hygiène de base affichée sur chacun de ses véhicules et de n’occuper qu’une banquette sur deux. Il les invite également à limiter leurs déplacements. Les espaces TEC sont fermés depuis le 18 mars, mais une permanence téléphonique est assurée.

Les banques reçoivent désormais leurs clients sur rendez-vous

Depuis le 18 mars, les banques ne reçoivent de clients que sur rendez-vous. Cette démarche s’inscrit dans le cadre des nouvelles mesures adoptées par la fédération sectorielle Febelfin. Les opérations bancaires devront être effectuées par voie numérique. Pour rassurer les clients, Febelfin précise que les services bancaires sont garantis et que les distributeurs automatiques de billets restent opérationnels. Les conseillers bancaires peuvent être contactés par téléphone ou via Internet.

Le soutien wallon accordé aux parcs éoliens supérieur à celui de la Flandre

Le soutien public consacré aux parcs éoliens wallons est 30% supérieur par rapport à celui accordé par la Flandre. Ce résultat a été dévoilé par Edora, la fédération des énergies renouvelables. En effet, les parcs flamands bénéficient, en moyenne, d’environ 30 euros par MWh pendant 20 ans, tandis que les nouveaux parcs wallons reçoivent une aide de près de 55 euros pendant 15 ans. Selon le directeur général d’Edora, cette différence est attribuable à de nombreux facteurs. Elle s’explique par le régime venteux qui est meilleur en Flandre en raison de la proximité avec la côte, ainsi que par les taxes communales qui sont plus élevées en Wallonie. D’autre part, le coût dont doivent s’acquitter les exploitants éoliens pour le raccordement au réseau de distribution est très supérieur en Wallonie. À cela s’ajoutent des critères de distance des habitations qui sont plus stricts au sud du pays qu’au nord.

Colruyt vend des herbes provenant de l’agriculture verticale

Bio-Planet, la chaîne de magasins bio du groupe Colruyt, commercialise désormais des herbes issues de l’agriculture verticale. Le centre de distribution de l’enseigne, situé à Hal, a été doté d’une installation high-tech qui lui permet de cultiver 250 000 plantes. L’électricité provient de l’éolien et du solaire ; l’enseigne utilise 90% d’eau et 50% de nutriments en moins en comparaison avec une culture classique. Cependant, bien que les plantes poussent à partir de graines bio et ne subissent aucun traitement pesticide, elle ne bénéficie pas du label biologique. Par ailleurs, elle envisage d’entamer des recherches supplémentaires afin de pouvoir lancer la distribution à grande échelle. Bio-Planet produira également de la coriandre dans les mois qui suivent.

CG Power Systems pourrait être reprise partiellement

Le 4 mars, les curateurs de CG Power Systems, qui a déclaré sa faillite début février, ont annoncé que le redémarrage de la société avec l’actuel management n’est plus une option. Toutefois, des négociations sont actuellement menées dans le but de parvenir à un accord assurant le maintien partiel des activités de la société. En outre, des séances d’information et des parcours de replacement externe ont été programmés pour les salariés afin de les orienter vers un réemploi. Les coûts de formation sont par ailleurs assurés par le VDAB. Le constructeur de transformateurs emploie plus de 500 salariés à Malines et 70 à Charleroi.