Communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer

Des mesures concrètes pour aider les entreprises

L’impact de la crise du Covid-19 a contraint nombre d’entreprises à cesser leurs activités tandis que leurs salariés se retrouvent au chômage partiel. À Saint-Omer, la Communauté d’agglomération a décidé de prendre un certain nombre de mesures concrètes en faveur des entreprises en attendant le retour à la normale.

La Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Omer a mis en place une cellule chargée du suivi et de l’accompagnement des entreprises.
La communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer a mis en place une cellule chargée du suivi et de l’accompagnement des entreprises.

Pour le moment, l’heure est à la communication. La Communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer (Capso) a mis en place une cellule chargée du suivi et de l’accompagnement des entreprises. Environ 1 200 d’entre elles vont être contactées dans les jours à venir par des agents de la direction du développement économique de la Capso, la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA), la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) et l’agence de développement économique Saint-Omer Flandre (SOFIE). Le but de cette nouvelle entité est de vérifier que les chefs d’entreprise sont bien informés sur les aides dont ils peuvent bénéficier en cette période d’épidémie et identifier les problèmes qu’ils peuvent rencontrer. Patrick Bédague, président de la communauté d’agglomération du Pays de Saint-Omer, a jugé important d’accompagner les entreprises face à cette épidémie. «C’est la raison pour laquelle, en accord avec les quatre premiers vice-présidents et les élus concernés par ces thématiques, nous avons souhaité mettre en place plusieurs mesures fortes, complémentaires à celles déployées par l’État et la Région, pour soutenir les entreprises du Pays de Saint-Omer.»

Le report des taxes et des loyers

Une des premières mesures prises par la Capso pour limiter les dépenses des entreprises est le report de six mois de l’augmentation du taux de versement mobilité (taxe payée par les entreprises d’au moins onze salariés pour financer les transports publics du territoire). Un effort de la collectivité qui va s’élever à 350 000 euros. Mais ce n’est pas le seul report qui est proposé par la Capso. Le deuxième report concerne les loyers payés par les entreprises installées dans les pépinières commerciales, les hôtels d’entreprises ou la pépinière d’entreprises de la Pepso. Leurs paiements sont reportés au 1er juillet. La Capso souhaite aussi accélérer les paiements aux entreprises titulaires des marchés publics, afin d’injecter de l’argent frais dans les trésoreries de ces entreprises locales et régionales actuellement sous tension. Pour Patrick Bédague, le message à diffuser est simple : «C’est ensemble que nous limiterons, autant que possible, les conséquences de cette crise sanitaire sur l’économie locale, régionale et nationale.» Un coup de pouce local qui va permettre aux entreprises de prendre une bouffée d’oxygène en complément des mesures de soutien déjà annoncées par l’État.