CMA Hauts-de-France : les artisans en difficulté

La Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) Hauts-de-France a publié le 15 avril dernier une étude* qui montre les premiers signes des difficultés économiques éprouvées par les artisans de la région face à la crise du Covid-19. Les indicateurs conjoncturels du premier trimestre 2020 montrent que 91% des artisans de la région prévoient une […]

© MIND AND I

La Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) Hauts-de-France a publié le 15 avril dernier une étude* qui montre les premiers signes des difficultés économiques éprouvées par les artisans de la région face à la crise du Covid-19.

Les indicateurs conjoncturels du premier trimestre 2020 montrent que 91% des artisans de la région prévoient une baisse de leur chiffre d’affaires (89% dans le Pas-de-Calais, 91% dans l’Aisne, 92% dans le Nord et dans l’Oise, 93% dans la Somme). Cette étude menée par la CMA Hauts-de-France auprès de plus de 4 000 artisans «préfigure un basculement vers des situations de réelles complexités économiques», note cette étude.

Au total :

  • 78%* estiment leur situation économique comme étant «mauvaise» pour le second trimestre 2020 contre 20% pour le premier trimestre.
  • 91%* disent que leur chiffre d’affaires sera en baisse pour le second trimestre 2020.
  • 89%* jugent leur trésorerie comme «dégradée».
  • 36%* envisagent une diminution de leurs effectifs.
  • Seuls 7%* vont investir au second trimestre 2020 contre 25% au premier trimestre.

Dans la région, la difficulté la plus rencontrée par les artisans est l’approvisionnement : du matériel professionnel (57% des artisans), du matériel de protection (53%) et des matières premières (43%).

«Ces études permettent à la CMA Hauts-de-France d’alerter ses partenaires, les organismes publics et privés, ainsi que l’État sur la nécessité d’accompagner les artisans dans cette crise sanitaire aux lourdes conséquences économiques», note la CMA Hauts-de-France.

Du côté des mesures prises par le Gouvernement : le Fonds de solidarité et le report ou l’obtention de délais de paiement pour les cotisations Ursaff sont (ou sont envisagées d’être) utilisés par 57% des artisans. Ces mesures sont surtout mobilisées dans les services (65% des artisans pour le Fonds de solidarité et 59% pour l’aménagement des cotisations Ursaff).

L’aide financière exceptionnelle pour les travailleurs indépendants concerne 38% des artisans, notamment dans le secteur des services (43%). Le report des échéances fiscales est mis en avant par 35% des artisans, surtout dans le bâtiment (38% des artisans) et l’alimentaire (36%). L’aménagement des délais de paiement des charges sociales et fiscales est une mesure qui intéresse 34% des artisans, en particulier dans le bâtiment (38%).

Sur le plan de l’emploi, c’est surtout le recours à l’activité ou au chômage partiel qui est mis en avant par 43% des artisans, surtout dans le secteur alimentaire (52%) et le bâtiment (48%). Enfin, 30% des artisans se tournent vers un report du remboursement de crédits bancaires, en particulier dans le secteur alimentaire (41%).

*Étude menée entre le 24 et le 26 mars 2020.